CHRONIQUE - Changer l'eau des fleurs

Valérie Pérrin
Contemporain
Éditions Le Livre de Poche
Paru le 24 avril 2019
672 pages
 
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
 
Extrait 1
 
Après la fermeture des grilles, le temps est à moi. J'en suis l'unique propriétaire. C'est un luxe d'être propriétaire de son temps. Je pense que c'est un des plus grands luxes qu'un être humain puisse s'offrir.
 
Extrait 2
 
La mort d'une mère est le premier chagrin qu'on pleure sans elle.
 
Je vais tenter de vous transmettre avec cette chronique mon avis sur ce roman et cela ne va pas être chose facile, à commencer par les extraits. Je vous en ai posté deux mais j'aurais pu y mettre la moitié du roman tant j'y ai trouvé de passages poétiques, touchants, troublants.
 
Une plume puissante par sa sensibilité qui m'a atteinte, inondée, remplie d'émotions diverses et variées.
 
Un récit qui m'a portée du début à la fin aux côtés de personnages construits avec une réalité extraordinaire. Imparfaits et parfaits à la fois.
 
Des destins qui se croisent, s'abordent, se frôlent et une quête propre à chacun portée douloureusement.
 
Une part de suspense très bien menée jusqu'au dénouement en toute fin de roman qui clôture cette histoire qui pour ma part restera une lecture de toute beauté.
 
En conclusion, ce roman est un coup de cœur pour avoir réussi à faire battre le mien très fort à d'innombrables reprises durant la lecture de ces six cent septante deux pages.


Aucun commentaire: