Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

Troupe 52

Chronique
Thriller - Horreur

Nick Cutter
Editons Denoël
Paru le 14 novembre 2016
448 pages

Une fois par an, le chef scout Tim Riggs emmène un groupe d'adolescents sur Falstaff Island, en pleine nature canadienne, pour trois jours de camping. Et rien de tel qu'une bonne histoire de fantômes et le crépitement d'un feu de joie pour faire le bonheur de la joyeuse troupe. Mais lorsqu'un individu émacié, qui semble tout droit sorti d'un film d'horreur, débarque sur leur camp, réclamant de la nourriture, le séjour vire au cauchemar. L'homme n'a pas seulement faim. Il est malade. Un malade comme ils n'en ont jamais vu... et dangereux avec ça. Coupée du reste du monde, la troupe va devoir affronter une situation bien plus terrible que toutes les histoires inventées autour du feu. Pour survivre, ils devront combattre leurs peurs, les éléments, et se confronter à leur pire ennemi, eux-mêmes.
 
A mi-chemin entre Sa Majesté des mouches et 28 jours plus tard, ce thriller qui a fait pâlir d'angoisse Stephen King en personne vous plongera au cœur des ténèbres, à la frontière de la folie.
 
Mon avis
 
J'ai annoncé sur les réseaux sociaux que ce mois d'octobre serait consacré à des lectures frissonnantes en prévision d'Halloween. J'ai donc préparé une pile à lire avec des romans que je souhaitais sortir de ma pile à lire et "Troupe 52" faisait partie de cette sélection. 
 
Si Stephen King a angoissé à la lecture de ce roman, inutile de vous dire que peu habituée aux livres de terreur j'ai bien cru que je n'arriverais pas au bout de ma lecture. Oui, je lis des thrillers et des polars avec des meurtres etc... Mais ici on s'attaque à autre chose. Bref... L'auteur a su me tenir jusqu'au bout car je voulais savoir si ces jeunes allaient s'en sortir et comment ils allaient pouvoir se tirer de cet enfer.
 
Or mis les scènes difficiles (passage avec la tortue, qui m'a particulièrement marquée), ce roman se déroule à huis clos sur une île d'où les personnages ne peuvent s'échapper, ce qui donne déjà une belle tension au roman et en plus on parle ici de jeunes adolescents. La psychologie des personnages est super bien travaillée avec leurs réflexes encore très enfantins par moments et une certaine maturité naissante qui les places sur le chemin de la vie adulte.
 
En conclusion je qualifierais ce roman de psycho-terreur comme une très bonne lecture et pour ceux qui souhaiteraient s'y plonger, n'éteignez pas la lumière et surveillez vos arrières.
 

Aucun commentaire:

J'AI LU - ROSA DOLOROSA de Caroline Dorka-Fenech

  Éditons La Martinière 288 pages Contemporain Bonjour à tous, J'espère que vous allez bien en ce mercredi et je vous reviens aujourd...