Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

CHRONIQUE - Juste une ombre


Karine Giebel
Thriller - Suspens
Éditions Pocket
Paru le 7 mai 2013
608 pages
 
Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t'imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour... Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t'observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d'aller consulter un psychiatre. Tes amis s'écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t'aider. Tu es seule. Et l'ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard...

 
Extrait
 

Elle a l'impression que cet après-midi sera sans fin, comme une perpétuelle punition.

Bonjour à tous et bienvenus sur mon blog pour cette chronique qui est la première de l'année 2019. Ce roman faisait partie de ma sélection pour le challenge #theblacknovember 2018 je l'ai donc lu en novembre. (Oui je sais j'ai du retard dans mes chroniques). Passons au vif du sujet.

Encore une excellentissime lecture faite en 2018 avec "Juste une ombre" de Karine Giebel, autrice que a rejoint ma liste des auteures que je lis pour la première fois. 608 pages dévorées avec angoisse et curiosité jusqu'à un dénouement très peu rencontré jusqu'ici dans ce genre littéraire.

Je vais commencer par vous dire que je salue l'ambiance et le réalisme que l'auteure a su me transmettre sous une plume efficace et très bien maîtrisée. La trame cohérante et bien ficelée avance grâce à des personnages réalistes auxquels ont peu tellement bien s'identifier que cela en devient troublant. Le doute plane tout au long du récit jusqu'au dénouement et cela a été un vrai page turner en ce qui me concerne. Une soif de vérité incontrôlée qui vous prend et ne vous lâche plus.

J'ai aussi beaucoup apprécié que le personnage principal soit une sorte de anti-héros, une femme imparfaite et presque agaçante par moment à laquelle Karine Giebel vous enchaîne, pour laquelle vous allez souffrir, espérer et finir par adorer malgré ses défauts.

En conclusion, un coup de cœur pour ce roman dans lequel j'ai surfé sur la vague du doute quand à savoir si l'héroïne est folle et sinon, qui serait cette ombre qui l'entraîne dans un véritable enfers.

CLUB DE LECTURE Août 2020