Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

CHRONIQUE - L'âme déracinée

Manuela Ackermann-Repond
Contemporain
Éditions Slatkine
Paru le 29 janvier 2019
392 pages
 
À la fin des Années folles, Angelo grandit, heureux, en Calabre avec sa petite sœur bien-aimée…

Des années plus tard, Angel, acteur adulé et un brin désabusé, cherche un sens à sa vie. « Et si Dieu m’avait oublié dans ses plans ? » La question brûlante qu’il se pose le poursuivra sa vie durant, au gré de rencontres toxiques, d’émerveillements éphémères, de passions charnelles et de certains événements marquants du XXe siècle, entre Europe et Hollywood.

Au travers du destin de ce petit garçon calabrais, le roman traite des thèmes universels que sont le déracinement, l’identité et la culpabilité.
 
Extrait
 
A ma grande joie, je reconnus aussitôt l'endroit, l'escalier qui courait le long de la façade ocre, le balcon exigu à la barrière branlante où le linge séchait, le toit de tuiles arrondies, je notai que certaines avaient été changées récemment. Le poulailler se dressait encore dans la cour, par contre, aucun âne ne broutait plus dans l'enclos. À l'intérieur, la longue table de bois trônait, immuable, dans la pièce principale tandis que l'odeur de fumée due au four à bois me surprit. La Nonna chassa tous les voisins sur le pas de sa porte, balayant l'air de ses bras et poussant des exclamations faussement courroucées. Toute cette agitation contrastait tellement avec l'austérité de l'hôtel de Paris. Elle se tourna vers moi, ses yeux riaient comme dans mon souvenir. En cherchant mes mots en dialecte, je lui demandai où étaient le grand-père et ma fratrie.


J'ai à nouveau rejoint Manuela Ackermann-Repond le temps de tourner les 392 pages de l'âme déracinée, son deuxième roman paru en début d'année aux éditions Slatkine et je la remercie pour la confiance qu'elle m'a porté en me confiant la lecture de son deuxième bébé.
 
Je me suis à nouveau laissée emportée par cette plume que j'avais déjà tant aimé lors de la lecture de "La capeline écarlate". Je suis sensible à la tournure des phrases dans un livre et l'auteure continue d'exercer ce magnifique pouvoir dans son deuxième roman.
 
C'est un personnage fort et attachant au destin qui bascule du jour au lendemain qui est au cœur de ce récit. Balayant des années d'enfance heureuses pour un monde totalement inconnu. La perte de repères, d'identité. Un petit Angelo que l'on aimerait protéger, consoler, rassurer. Peu à peu, vu de l'extérieur, il devient un homme scintillant, mais si tourmenté et malheureux à l'intérieur, à l'abri de tous.
 
Une fois de plus Manuela Ackermann-Repond m'a mis une belle claque à la fin du roman qui m'a laissé un goût amer d'injustice et les yeux humides de larmes contenues.
 
En conclusion, un roman écrit avec le cœur où l'on ressens aisément l'amour de l'auteure pour l'écriture. Une très belle ballade livresque au dénouement qui fâche.

Aucun commentaire:

CHRONIQUE - Les refuges

Jérôme Loubry Policier - Thriller - Suspense Éditions de l'épée Paru le 4 septembre 2019 229 pages Si vous ne connaissez p...