Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

CHRONIQUE - 54 minutes

Marieke Nijkamp
Jeunesse - Contemporain - Drame
Éditions Hachette
Paru le 2 novembre 2017
290 pages
 
Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes.
 
 
Une couverture sublime pour un contenu terrible. Ce roman nous plonge au cœur d'une prise d'otage dans un lycée. Une situation terrifiante gérée sous la plume de Marieke Nijkamp.
 
J'ai beaucoup aimé la lecture de "54 minutes" qui nous emmène dans un scénario que l'on a malheureusement déjà pu découvrir beaucoup trop de fois au infos.
 
Ce livre ne fait pas que nous conter cette histoire, il nous montre également ce que ressentent les personnes minute par minute et toutes les questions, regrets ou réflexions qu'elles peuvent se faire durant la prise d'otage. Aurait t'on pu l'empêcher? comment ne nous sommes nous pas rendu compte? Est-ce de ma faute? sans compter sur la détresse, la folie du tueur que rien n'arrête. Comment une personne peut t'elle en arriver à tirer sur d'autres personnes sans aucune pitié, au hasard.
 
En conclusion, un roman percutant, facile d'accès qui restera dans ma mémoire très longtemps pour ces 54 minutes passées à trembler avec les personnages.


CLUB DE LECTURE Août 2020