Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

CHRONIQUE - Le collectionneur

Fiona Cummins
Thriller
Éditions Slatkine & Cie
Paru le 18 octobre 2018
509 pages
 
Un tueur en serie encore plus effrayant qu'Hannibal Lecter
Le Collectionneur a tout organisé et mène une double vie. Dans l'une, il est comme vous et moi. Dans l'autre, il est le gardien d'un macabre musée de famille : une collection d'ossements humains.
Les collectionneurs cherchent toujours la rareté, l'objet unique. Deux enfants, Jakey Frith et Clara Foyle, souffrent l'un et l'autre d'une maladie génétique orpheline (une centaine de cas en France) qui fait se dédoubler les cartilages puis pousser les os jusqu'à l'étouffement, lamaladie de l'homme de pierre. Le Collectionneur se doit d'avoir ces deux pièces rarissimes que sont deux petits squelettes au tout début de leur déformation.
Dans sa traque éperdue, il déjoue la vigilance du père de Jakey et celle d'un détective trouble, Etta Fitzroy, qui enquête sur une série d'enlèvements.
 
Extrait
 
Quand Clara ressort de la boutique quelques secondes plus tard, en serrant contre elle un sachet en papier contenant des bonbons à la fraise, l'homme l'attend dehors, adossé à une grille.
 
 
Couverture qui donne froid dans le dos et résumé glaçant, voici les raisons qui m'ont amenées à m'intéresser à ce thriller signé par Fiona Cummins que je découvre avec ce roman paru aux éditions Slatkine & Cie. Ayant beaucoup aimé "La mémoire des morts" de Éric Berg et sachant qu'ils éditent Marc Voltenauer ainsi que Nicolas Feuz, cette maison d'édition a toute ma confiance et mon attention.
 
Un beau bébé de plus de 500 pages qui m'a emmenée dans une histoire sombre et sordide à un rythme soutenu et addictif grâce à des chapitres courts qui emmènent le lecteur d'une page à l'autre dans un réel page turner. Lorsque l'on est parents et que l'on lit ce livre on ne peut que trop bien s'identifier aux parents des enfants concernés dans ce récit et mesurer le cauchemar dans lequel ils se retrouvent plongés, on souffre avec eux de cette subite absence, de ce terrible vide.
 
Du côté des enfants, je suis passée par tellement d'émotions telles que la tendresse, la colère, le désespoir. Il s'agit ici d'un roman qui parle d'un tueur en série mais j'y ai trouvé tellement plus que ça. Comment ces enfants gèrent t'ils leurs handicaps? comment évolue une famille ayant un enfant particulier avant et après l'apparition de cet homme qui va faire basculer leurs vies dans l'horreur? L'innocence et la candeur de ces deux enfant m'a beaucoup touchée et bouleversée.
 
Nous allons donc suivre d'une part "le collectionneur" ainsi que les familles et les enfants. Trois points de vues très bien maîtrisés qui se succèdent ne laissant aucun répit au lecteur.
 
En conclusion, à nouveau cette maison d'édition m'a offert une excellente aventure livresque sous la plume très bien maîtrisée de Fiona Cummins qui a su transmettre des émotions très fortes et un suspense qui pourrait en garder plus d'un éveillé la nuit.
 
 


CHRONIQUE - Évanouies

Megan Miranda
Thriller
Éditions de la Martinière
Paru le 3 octobre 2016
448 pages
 
 
Nicolette s'était pourtant juré de ne jamais remettre les pieds à Cooley Ridge, sa ville natale.
Dix ans plus tôt, sa meilleure amie Corinne a disparu, et son corps n'a jamais été retrouvé. Aujourd'hui, Nic doit rentrer chez elle pour s'occuper de son père, atteint d'Alzheimer. Il est persuadé d'avoir vu Corinne. Hallucination ?
Mais Nic n'a pas sitôt posé le pied à Cooley Ridge qu'une nouvelle jeune femme disparaît. Le piège se referme.
Pendant les deux semaines qui vont suivre, en révélant au lecteur son histoire à rebours, depuis le jour 15 jusqu'au jour 1, Nic va affronter ses pires démons. Mais aussi les vérités amères et les secrets d'une ville où personne n'est réellement celui qu'il prétend être.
 
Extrait
 
Parfois, quand je ne suis pas concentrée sur ce que je fais, je me retrouve dans un endroit où je n'avais pas du tout l'intention de me rendre. Comme si ma mémoire musculaire prenait le contrôle. J'atterris à l'école au lieu de faire mes courses au supermarché. Dans le métro alors que j'avais rendez-vous à la banque. je prends la voiture pour aller chez Daniel et je me gare devant la maison de Corinne. Sans doute le même phénomène venait-il de se produire, puisque, bien décidée à rentrer à la maison, je venais de m'arrêter au coin du Kelly's Pub.
 
Malgré l'originalité que l'autrice a voulu mettre dans ce roman avec un chapitrage particulier, je dois avouer que je m'y suis un peu perdue. La lecture a été un peu laborieuse et cela a cassé un peu l'enthousiasme que je portais à ce titre.
 
J'ai découvert cette autrice avec ce roman et j'ai apprécié son style malgré que la construction du roman n'ai pas été une réussite, cela n'a pas très bien fonctionné avec moi. C'est certainement pour cela que je suis peut-être passée à côté alors que l'histoire était assez intéressante et les personnages plutôt bien travaillés.
 
En conclusion, une ambiance avec un bon suspens qui m'a fait poursuivre ma lecture jusqu'au bout malgré le chapitrage particulier et une chute un peu décevante.

CHRONIQUE - Une Sirène

Gilles de Montmollin
Thriller - Suspens
Éditions Uppercut
Paru en 2018 
88 pages
 

 
Une navigatrice en mauvaise posture: pour Loïc, moniteur de voile, l'occasion de jouer les sauveurs et de décrocher un job de skipper. Cependant, Est-ce toujours bien prudent de faire confiance à une inconnue? Surtout si elle vous raconte ne histoire qui parait bien improbable, quand on creuse...

Extrait

Encore quelques tours de manivelle, "Circé" commence à glisser. Je mouline plus facilement. Le yacht flotte à nouveau. Je me lève et me mets à haler le cordage, puis la chaîne. Enfin, l'ancre apparaît: je la hisse et la dépose sur le pont, délicatement pour ne pas abîmer les petites lattes de teck.


Vous connaissez peut-être maintenant mon petit faible pour les auteurs Suisses et Gilles de Montmollin fait partie de ces plumes que j'affectionne. Ma première expérience livresque fut "Latitude Noire" dont vous trouverez ma chronique sur le blog en tapant le titre dans la recherche. C'est avec grand plaisir que j'ai découvert "Une sirène" dans ma boîte aux lettres. Je remercie l'auteur pour son envoi et la confiance qu'il me porte.
 
Un huis clos pur et dur qui m'a captivée par l'ambiance que Gilles de Montmollin a su mettre en place avec juste deux personnes et un bateau. Un court roman ou une longue nouvelle où le malaise s'installe très rapidement et vous donne juste envie de crier à Loïc "pars en courant"!
 
J'ai beaucoup aimé l'idée et j'avoue être assez fan des huis clos, ce livre a donc tapé dans le mille pour me faire passer un très bon moment de lecture pour le #theblacknovember. Je me surprends à me dire que j'aurais aimé qu'il soit plus long.
 
En conclusion, une petite lecture rapide avec tous les ingrédients pour passer un bon moment lecture dans une ambiance au suspens très présent.
 


CHRONIQUE - L'ogre du Salève

Olivia Gerig
Thriller
Éditions Encre Fraîche
Paru décembre 2014
228 pages
 
L’ogre revenait à son antre avec un grand sourire aux lèvres. Impatient du repas exceptionnel qui l’attendait, de la nouvelle joie que ce dernier allait lui procurer. C’était bien cela, il n’éprouvait ce sentiment qu’au moment de retrouver sa proie, qu’au moment divin de cette communion sacrée au travers des odeurs et des goûts que lui procurait la chair de ses victimes. Il s’en délectait à un point que nul n’aurait pu imaginer. Qui aurait d’ailleurs été capable de le faire?
 
Des jeunes femmes disparaissent dans les environs du Salève et soudain la cruelle réalité éclate : un ogre rôde dans la région ! Ce n’est pas celui des contes de fée que le commissaire Rouiller va devoir affronter, mais un véritable cannibale. Juste à la veille de sa retraite, ce policier désabusé se lance dans une poursuite effrénée face à l’innommable…
 
Extrait

Il faisait très sombre dans la grotte; même si les braises du feu préparé par l'ogre continuaient à diffuser une légère chaleur, elles ne dispensaient aucune lumière. La jeune fille ouvrit les yeux, tout engourdie. En se réveillant, elle ne se souvenait pas où elle se trouvait. L'anxiolytique continuait à faire effet, moins longtemps cependant que sur les autre victimes.


Inspirée par des faits réels Olivia Gerig nous concocte un thriller au schéma classique mais très efficace. Sous une plume fluide et agréable l'ogre du Salève a de quoi faire frissonner les plus blasés avec un sérial killer plus que dérangé. J'ai eu froid dans le dos à l'idée que ce roman est, comme je le disais inspiré de faits réels.

Tous les ingrédients nécessaires à une intrigue palpitante sont réunis ici. L'autrice montre avec brio comment l'humain peut se perdre dans la folie et ne jamais en revenir. L'enquête est bien ficelée jusqu'au dénouement de cette macabre affaire.

En conclusion, une bonne lecture où il ne manque rien malgré un nombre de page peu important. Comme quoi il n'est pas nécessaire de pondre un roman de 500 pages pour faire frémir son lectorat. Je note en grand dans ma wishlist "Le mage noir" de la même autrice.


 

CHRONIQUE - Gwendy et la boîte à boutons

Stephen King - Richard Chizmar
Horreur - Fantastique
Éditions Le Livre de Poche
Paru le 5 septembre 2018
160 pages
 

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.

La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n'a-t-il pas sa contrepartie ?

 
Extrait
 
Des photos granuleuses apparaissent brièvement sur l'écran. Des rangées de cadavres allongés, avec une jungle épaisse à l'arrière-plan. Des couples enlacés. Des mères serrant des bébés contre leurs poitrine inerte. Tant d'enfants. Tant de visages tordus par la souffrance. Et des nuages de mouches. D'après Charles Gibson, les nourrices ont versé le poison dans la gorge des petits avant de prendre leur propre dose.
 

Cela faisait bien longtemps que je ne lisais plus Stephen King, depuis "Salem" en fait, qui fut ma dernière aventure livresque avec cet auteur. Et il y a bien longtemps. La parution en septembre de "Gwendy et la boîte à boutons" est tombée à pic au bon moment pour l'introduire dans la première catégorie du challenge "the black november" tenu de main de maître par Séverine de la chaîne Youtube "Il est bien ce livre". Oui, car cette première catégorie nous contraint à lire des livres de moins de trois cents pages.
 
Écrit à quatre mains ce court roman ou longue nouvelle est le prologue du prochain roman de Stephen King "Elevation" paru aux États Unis le trente octobre 2018 aux éditions Scribner et dont vous pourrez lire le premier chapitre (en anglais) sur la plateforme Amazone, pour ceux qui maîtrise la lecture en VO. Quant aux autres, nous devrons attendre la parution (navrée je n'ai pas trouvé de date) de la version traduite en français.
 
https://www.amazon.fr/Elevation-Stephen-King/dp/1982102314/ref=sr_1_cc_1?s=aps&ie=UTF8&qid=1542011048&sr=1-1-catcorr&keywords=elevation+king
Premier chapitre en anglais
c'est par ici
 
Comme à son habitude l'auteur explore nos peurs les plus sournoises. Met ses personnages devant des dilemmes, des choix au conséquences parfois désastreuses. Nos peurs sont t'elles toujours fondées? ou est ce que notre mental élabore t'il de toutes pièces des scénarios partis de pas grand chose et aboutissants à des montagnes insurmontables, nous projetant parfois dans un état d'esprit et de craintes pas toujours réels ni fondés.
 
Je ne vais pas vous en dire plus, car il serait dommage d'en révéler davantage et de vous spoiler ce court ouvrage.
 
En conclusion, une bonne lecture qui a bien arrangé mes petites affaires pour le challenge. Une petite Gwendy bien attachante dans ce tourbillon psychologique où la tentation, la curiosité, les choix et la conscience s'entrelacent.

CHRONIQUE - Une histoire des abeilles

Maja Lunde
Contemporain
Éditions Les Presses de la Cité
Paru le 17 août 2017
396 pages
 
Un triptyque écologiste qui raconte l'amour filial à travers le destin des abeilles.
Angleterre, 1851. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Cependant, la découverte de l'apiculture réveille son orgueil déchu : pour impressionner son fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire.

Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils, converti au végétarisme, rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d'une exploitation menacée par l'inquiétante disparition des abeilles ?

Chine, 2098. Les insectes ont disparu. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser la nature à la main. Pour son petit garçon, elle rêve d'un avenir meilleur. Mais, lorsque ce dernier est victime d'un accident, Tao doit se plonger dans les origines du plus grand désastre de l'humanité.
 


C'est le thème écologique qui a tout d'abord attiré ma curiosité vers ce roman de Maja Lunde, suivi par le thème des abeilles qui comme vous le savez peut-être déjà est l'une des préoccupations principales de nos chercheurs ces dernières années. En effet, les abeilles disparaissent peu à peu de notre planète et cela pourrait avoir des conséquences désastreuses sur notre environnement.
 
Nous allons suivre trois personnages qui se trouvent chacun à une époque différente avec leur propre histoire mais dont le point commun est, vous l'aurez compris, l'apiculture. C'est principalement l'histoire de Tao qui m'a tenue en halène jusqu'au bout de l'histoire.
 
Ce roman porte un message écologique urgent, transmis par des personnages au cœur d'époques et de milieux différents. L'un des ces personnages m'a profondément agacée mais bon...
 
Quelles sont les conséquences d'une agriculture non respectueuse de l'environnement et de l'humanité? c'est ce que l'ont peut découvrir dans ce roman riche et très intéressant.
 
Conclusion, une terrible réalité racontée avec brio afin de permettre au lecteur de prendre conscience des enjeux et d'y réfléchir. Une sonnette d'alarme supplémentaire tirée par Maja Lunde à travers cet ouvrage qui a été une belle découverte livresque.

CES QUESTIONS QUE VOUS N'OSEZ PAS ME POSER / TAG


CHRONIQUE - Arlo Finch 1 / Le mystère des Longs Bois

John August
Fantastique - Jeunesse
Éditions Milan
Paru le 12 septembre 2018
380 pages
 
 
« Je protège la nature
Je défends les plus faibles,
J'éclaire les sentiers,
Et cherche la droiture.
Esprits de la forêt, entendez-moi

 
Quand Arlo rejoint les Rangers de Pine Moutain, il n'imagine pas que dans les mystérieux Longs Bois qui entourent la ville, certaines pistes le mèneront à la magie... et d'autres au danger.
 
Extrait
 
À la fois perplexe et émerveillé, il regarda autour de lui et remarqua tous les petits détails qui avaient changés. La porte était surmontée d'un  panneau vert lumineux. Mais au lieur d'y lire SORTIE, il avisa une suite de symboles sans queue ni tête. Sur le mur du fond était accroché un grand poster du serment du Ranger, sauf que les lettres étaient devenues méconnaissables.
 
Très intriguée par ce qu'allait nous proposer l'auteur dans ce premier volet de la saga Arlo Finch, je me suis glissée dans cette histoire avec je dois l'avouer un certain nombre d'attentes. Il est vrai que lorsque l'on est fan de la saga Harry Potter qui admettons le a mis la barre très haut dans le genre jeunesse/fantastique ben... bien souvent ce qui vient ensuite a une petite saveur de "c'est moins bien" et peut susciter une certaine mini déception, car en tant que lecteurs nous recherchons tous le livre qui saura nous transporter, nous divertir, nous faire oublier le temps de quelques pages la réalité qui nous entoure.
 
J'ai trouvé dans ce roman quelques similitudes avec l'univers "Harry Potter" mais cela s'arrête la. L'auteur a su se réapproprier le thème de la magie et le cuisiner à sa sauce avec une baguette (heur... pardon) une plume fluide et agréable. L'histoire ce déroule dans notre monde, dans notre réalité, ce qui donne un ancrage très accessible à notre imaginaire. Les personnages sont super intéressants et attachants. J'ai été surprise de constater que je me réjouissais du moment où je pourrais reprendre ma lecture à chaque fois que je devais reposer mon livre.
 
En conclusion, en ce qui me concerne ce premier tome est très réussi, il démarre une saga prometteuse et divertissante. J'ai passé un super moment de lecture et me réjouis d'avoir la suite.


 

CLUB DE LECTURE Août 2020