Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

Le Chemineau du lac

CHRONIQUE
Historique
Service presse


Robert Curtat
Editons Plaisir de lire
282 pages
 
Lucien a débuté sa vie sous de sombres auspices : abandonné par sa mère, il est recueilli par une famille pauvre qui sombre bientôt dans la misère. Très tôt, il apprend à se débrouiller et à aller chercher son destin, cheminant toujours sur les bords du lac de sa région.

De la petite maisonnette du Bas-Bourg à une barque de Buchillon, son itinéraire passera également par les toutes nouvelles voies du chemin de fer suisse et les ruelles de la ville de Lausanne. Il y deviendra typographe, métier qu’il mettra au service des idées révolutionnaires durant la Grande Guerre. Sa vie est celle des classes ouvrières du début du XXe siècle, ancrée au cœur de l’Histoire, mais également faite des petites choses du quotidien : il connaîtra l’amour, l’amitié et les idéaux de la jeunesse, il vibrera avec l’esprit de camaraderie et se frottera à l’autorité implacable des bourgeois et de l’armée.
 
À travers un point de vue très personnel et attachant, le lecteur est amené à plonger au cœur d’une page de l’Histoire, et à cheminer aux côtés du personnage sur des routes qui lui sont sans doute toujours familières.

Je tiens à remercier les "édition plaisir de lire" pour l'envoi de ce roman en service  presse ainsi que pour leur confiance.

Mon avis

J'ai été ravie de recevoir ce roman car l'histoire se situe dans notre beau pays qui est la Suisse et j'adore ça.

J'avoue avoir eu au début de ma lecture un peu de mal à m'accorder avec la plume experte et exigeante de Robert Curtat, mais au fil des pages je me suis accoutumée à son style et quel bonheur.

L'histoire de Lucien n'est pas banale, dans une situation de grande précarité auprès de la famille qui l'a recueilli, cet enfant fait et assume des choix d'adultes en ces débuts des années mille neuf cent, qui nous sembleraient complètement fous de nos jours.

Nous parcourons avec Lucien la période avant, pendant et juste après la Grande Guerre. L'auteur nous montre bien l'ambiance et les tensions qui régnaient entre bourgeois et classe ouvrière à cette époque.

Obstiné, courageux et travailleur, il va très vite se débrouiller tout seul pour tracer son chemin, son avenir. Entre les débuts des rails du chemin de fer et l'imprimerie, il va vivre pendant ces quelques années malgré son jeune âge la famine, la dure labeur, le froid, la tristesse, l'amour, la camaraderie et bien d'autres choses.

Héro de sa propre existence Lucien m'a touchée, émue par son parcours difficile et j'ai eu du mal à le laisser partir en tournant la dernière page de ce beau roman, tout en espérant que la vie lui serait enfin plus douce par la suite. Bon vent Lucien!

Aucun commentaire:

CHRONIQUE - Le cycle de Barcil 1 - ORGLIN LA PRIMITIVE

Jean-Marc Dopffer Nouvelle - Fantasy Autoédité Paru le 24 décembre 2016 42 pages   De tous temps, les royaumes s'érigent pui...