CHRONIQUE - L'âme déracinée

Manuela Ackermann-Repond
Contemporain
Éditions Slatkine
Paru le 29 janvier 2019
392 pages
 
À la fin des Années folles, Angelo grandit, heureux, en Calabre avec sa petite sœur bien-aimée…

Des années plus tard, Angel, acteur adulé et un brin désabusé, cherche un sens à sa vie. « Et si Dieu m’avait oublié dans ses plans ? » La question brûlante qu’il se pose le poursuivra sa vie durant, au gré de rencontres toxiques, d’émerveillements éphémères, de passions charnelles et de certains événements marquants du XXe siècle, entre Europe et Hollywood.

Au travers du destin de ce petit garçon calabrais, le roman traite des thèmes universels que sont le déracinement, l’identité et la culpabilité.
 
Extrait
 
A ma grande joie, je reconnus aussitôt l'endroit, l'escalier qui courait le long de la façade ocre, le balcon exigu à la barrière branlante où le linge séchait, le toit de tuiles arrondies, je notai que certaines avaient été changées récemment. Le poulailler se dressait encore dans la cour, par contre, aucun âne ne broutait plus dans l'enclos. À l'intérieur, la longue table de bois trônait, immuable, dans la pièce principale tandis que l'odeur de fumée due au four à bois me surprit. La Nonna chassa tous les voisins sur le pas de sa porte, balayant l'air de ses bras et poussant des exclamations faussement courroucées. Toute cette agitation contrastait tellement avec l'austérité de l'hôtel de Paris. Elle se tourna vers moi, ses yeux riaient comme dans mon souvenir. En cherchant mes mots en dialecte, je lui demandai où étaient le grand-père et ma fratrie.


J'ai à nouveau rejoint Manuela Ackermann-Repond le temps de tourner les 392 pages de l'âme déracinée, son deuxième roman paru en début d'année aux éditions Slatkine et je la remercie pour la confiance qu'elle m'a porté en me confiant la lecture de son deuxième bébé.
 
Je me suis à nouveau laissée emportée par cette plume que j'avais déjà tant aimé lors de la lecture de "La capeline écarlate". Je suis sensible à la tournure des phrases dans un livre et l'auteure continue d'exercer ce magnifique pouvoir dans son deuxième roman.
 
C'est un personnage fort et attachant au destin qui bascule du jour au lendemain qui est au cœur de ce récit. Balayant des années d'enfance heureuses pour un monde totalement inconnu. La perte de repères, d'identité. Un petit Angelo que l'on aimerait protéger, consoler, rassurer. Peu à peu, vu de l'extérieur, il devient un homme scintillant, mais si tourmenté et malheureux à l'intérieur, à l'abri de tous.
 
Une fois de plus Manuela Ackermann-Repond m'a mis une belle claque à la fin du roman qui m'a laissé un goût amer d'injustice et les yeux humides de larmes contenues.
 
En conclusion, un roman écrit avec le cœur où l'on ressens aisément l'amour de l'auteure pour l'écriture. Une très belle ballade livresque au dénouement qui fâche.

VLOG #mars2019à5000 #3


CHRONIQUE - La sorcière du Javroz

Antoinette Bourquenoud
Historique - Suspense
Éditions Montsalvens
Paru le1er décembre 2018
240 pages

Le fantôme de la Bayauda serait de retour », murmurent les habitants de Féguières. Enfant du siècle des Lumières, Célestin Frignac ne s’en émeut pas. Ses sentiments pour Luce et l’arrivée d’un singulier visiteur le préoccupent davantage. Après le décès du cordonnier Pierrot Fragnière, les incidents se multiplient dans le village. La rumeur se propage. Bêtes et hommes subiraient-ils l’influence d’un mauvais sort ? Une étrange corneille plane sur le val de Charmey, telle l’ombre des drames anciens. L’esprit rationnel du jeune illustrateur vacille, tandis que passé et présent s’entremêlent. Parviendra-t-il à en dénouer les fils

Extrait

Un premier souffle s'égara entre les branches, presque incongru dans l'air figé de l'après-midi. Avec un bruissement de contrariété, les deux sapins s'inclinèrent vers le muret que longeait le chemin. Leur mouvement surprit le jeune homme qui l'empruntait à cet instant. Il perçu comme une menace dans l'ondoiement des arbres qui veillaient sur les ruines de la Bayauda. Instinctivement, il allongea le pas avant de se ressaisir. Rien de surnaturel là, juste le vent qui se levait.

Célestin Frignac sourit en continuant sa route. Il avait réagi comme l'aurait fait un natif du coin, se hâtant de s'écarter de la propriété abandonnée. L'incendie qui avait ravagé l'habitation vingt ans plus tôt, peu de temps après le décès de ses propriétaires, avait confirmé aux yeux de beaucoup qu'une malédiction pesait sur cet endroit. Bien qu'il ne crût pas à ces rumeurs, il s'amusa de constater qu'elles pouvaient quand même l'influencer.


Je tiens tout d'abord à remercier Antoinette Bourquenoud pour l'envoi de son roman et la confiance qu'elle m'a porté en me confiant ce deuxième volet des aventures de Célestin qui est à nouveau une pure merveille éditoriale. Comme son grand frère Mort sur la Jogne, ce livre est parsemé de très belles illustrations réalisées par Corentin Meige.

Fidèle à elle-même l'auteure nous offre avec de belles tournures de phrases et un vocabulaire très bien choisi un roman à suspense historique où fantômes, croyances, rumeurs, légendes et vengeance seront les principaux ingrédients de cette histoire.

J'étais très contente de retrouver Célestin que j'ai pu côtoyer le temps de ma lecture de Mort sur la Jogne ainsi que Luce, cette fille qui a pris possession de son cœur. Mais tout ne se passe pas toujours comme on le voudrait et les sentiments sont parfois malmenés.

J'ai aimé suivre cette enquête qui se déroule en Suisse ainsi que l'histoire plus personnelle de Célestin. Les personnages sont attachants et l'histoire passionnante jusqu'au dénouement.

En conclusion, un très bel objet-livre écrit avec intelligence, cohérence et passion, au suspense bien maîtrisé jusqu'au dénouement final. Dois-je encore vous préciser que je le recommande à tous les amateurs du genre?

CHRONIQUE - La machination

Jeremy Ergas
Policier - Thriller
Éditions Slatkine & Cie
Paru le 7 mars 2019
477 pages
 

Un meurtrier à Genève... Un premier thriller glaçant.
 
Une nuit de novembre à Genève, un jeune écrivain en vogue, Benjamin Novelle, est torturé et tué au retour d'une soirée littéraire. Le lendemain, des promeneurs découvrent son corps, un texte est gravé dans le dos en lettres de sang avec une précision spectaculaire. C'est une liste des "Sept Commandements de l'Écriture' que Novelle a enfreints.

Le meurtre fait la une des journaux et la peur s'installe dans la ville, d'autant qu'un éditeur et un agent littéraire célèbres sont aussi retrouvés assassinés au cours des semaines qui suivent. Sur leurs dos, d'autres commandements ont été inscrits à l'aide d'une machine d'exécution semblable à celle de La Colonie pénitentiaire de Kafka.
L'objectif du tueur est maintenant clair : par ses actes de terrorisme littéraire, il veut restaurer la grandeur passée du livre et l'empêcher de devenir un vulgaire objet de consommation. Reste à déterminer le coupable parmi les écrivains genevois suspectés...
 
Extrait

Novelle ne se trouvait plus qu'à cinquante mètres de moi. J'étais calme, pas la moindre anxiété. Je m'étais dissimulé dans l'épais buissons: seul le canon noir de mon taser dépassait des branchages. J'avais dû enlever mon imperméable à cause du bruit des gouttes d'eau sur le plastique. J'étais trempé de la tête aux pieds, transi par la pluie qui tambourinait sur mon front. Je respirais l'odeur de végétation humide, les narines grandes ouvertes. Le temps passé dans l'obscurité m'avait métamorphosé, Un instinct animal me pénétrait jusqu'aux os, tout comme l'humidité et le froid. Je ne pensais plus qu'à ma proie, prêt à bondir et à exécuter les gestes que j'avais répétés tant de fois.
 
Un thriller qui se déroule à Genève? Bouge pas j'arrive!
 
Comme vous le savez très certainement déjà, j'affectionne les romans dont le récit se déroule en Suisse. Les histoire qui ont pour toile de fond un environnement connu donne au lecteur une immersion plus importante au cœur de l'histoire et c'est ce que m'a offert Jeremy Ergas avec La machination, son dernier roman paru aux éditions Slatkine et Cie.
 
La plume maîtrisée de l'auteur nous emporte au cœur d'un Genève en ébullition suite à la découverte du corps de Benjamin Novelle, un jeune écrivain en vogue ainsi que ceux d'un agent littéraire et un éditeur. Si le résumé nous dévoile d'entrée les motivations du tueur il n'en reste pas moins que les soupçons du lecteur vont bon train. Dès le départ on pressent que le meurtrier flâne dans le récit sous notre nez ce qui installe un suspense assez soutenu.
 
Sans avoir été une lecture qui marquera ma vie à jamais j'ai néanmoins aimé. J'ai beaucoup apprécié les personnages de l'inspecteur et de son assistant qui m'a bien fait rire.
 
En conclusion, un bon petit thriller qui rempli très bien son rôle sans être une lecture transcendante.

RECETTE - Adoucissant lessive maison


Voilà encore une expérience validée avec cet adoucissant fait maison. Simple et rapide à élaborer pour le zéro déchet en récupérant vos anciens bidons et avec des produits naturels.

Il vous suffit de mélanger (attention la réaction du mélange peut surprendre car ça mousse mais c'est normal).

  • 1 c.c de bicarbonate de soude
  • 150 ml de vinaigre blanc
  • Puis ajouter 250 ml d'eau
  • 15 gttes d'HE (huile essentielle) de votre choix)
La lavande peut être un bon choix en HE car elle a la propriété d'être antimites.
En ce qui me concerne je double les doses pour en faire une plus grande quantité à la fois.

LAISSER REPOSER 24H AVANT LA PREMIÈRE UTILISATION

Agiter doucement avant chaque emploi.

Compter 60 ml par machine

RECETTE - moutarde à l'ancienne

J'ai testé une moutarde à l'ancienne faite maison un peu trop forte pour moi mais le goût excellent et sa consistance onctueuse accompagneront à merveille vos plats.

J'ai acheté mes ingrédients en vrac et j'ai utilisé un bocal de récup. On est dans le zéro déchet par excellence.


INGRÉDIENTS

  • 15 gm de moutarde jaune (graines)
  • 15 gm de moutarde noire (graines)
  • 35 ml de vinaigre blanc
  • 55 ml d'eau
  • 20 ml d'huile de colza
  • 15 gm de miel
  • 20 gm de farine complète
  • 3 pincées de fleur de sel
  • 3 tours de moulin à poivre
  • 3 pincées de curcuma (facultatif)

PRÉPARATION

  1. Faire tremper les graines dans l'eau et le vinaigre environ 2h
  2. Mixer les graines avec leur bain de trempage
  3. Ajouter l'huile et le miel mixer à nouveau
  4. Ajouter le reste des ingrédients et mixer à nouveau

BILAN LECTURE février 2019

  1. Sambre 1
  2. Les dames du lac
  3. La sorcière du Javroz
  4. La machination
  5. Bleu calypso
  6. Le testament d'Allan Berg
  7. La face cachée de l'arc-en-ciel

CHRONIQUE - Inexorable

Claire Favan
Policier - Thriller
Éditions Robert Laffont
Collection La bête noire
Paru le 11 octobre 2018
367 pages

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.


Extrait


En se regardant dans le miroir ce matin-là, Victor ressent le sentiment de dégoût envers lui-même qui ne le quitte pas beaucoup ces derniers temps. Non seulement il ment à sa famille et prend des risques qui pourraient le renvoyer en prison, mais en plus il apprécie cette partie de sa vie à laquelle il croyait avoir définitivement tourné le dos.

 
Une auteure bien en place dans le genre policier-thriller que je découvre avec Inexorable.
 
Après lecture de ce roman je tiens à dire que la couverture est très représentative du contenu de ce dernier.
 
Claire Favan a mis des mots au nom de toutes ces personnes qui après un mauvais choix, un milieu familial difficile etc... se retrouvent prisonniers d'un engrenage de colère, de violence et d'injustice. L'étiquette sociale que j'appellerais plutôt tatouage social étant donné que cela vous poursuit, vous traque, vous consume. L'étiquette cela se décolle et ça s'oublie, le tatouage reste, il est irréversible. Un faux pas et les rumeurs, les attaques, le jugement, la classification, la destruction de ce que vous êtes vraiment, de tous vos bons gestes, actions, pensées, tout sera effacé, on ne retiendra de vous que vos erreurs, vos maladresses.
 
L'auteure explore également à merveille, comment le doute peut s'immiscer dans le cœur d'une mère qui pourtant adore son fils. Une mère à bout de nerf qui ne sait plus comment l'aider, qui n'arrive plus a déterminer le vrai du faux.
 
En conclusion, un roman poignant, douloureux qui mène inexorablement à la réflexion.
 

CHALLENGE MARS 2019 à 5000


CHALLENGE mars 2019 à 5000

 
Un petit challenge pour clôturer l'hiver
et faire baisser nos piles à lire.
 
Il commence le 28 février 2019 à minuit et se termine le 31 mars 2019 à minuit.
  1. Tenter de lire 5000 pages durant le mois de mars
  2. Sont pris en compte les romans, les mangas et les BD
  3. Vous pouvez rejoindre le groupe Facebook pour partager avec les autres participants ICI
  4. Un vlog par semaine sera posté sur ma chaîne Youtube et nous pourrons échanger en commentaire sous la vidéo
  5. N'hésitez pas à rameuter vos amis car plus on est de fous et plus on rit.
Et voici ma PAL
 

  1. SUR LE TOIT DU MONDE
  2. ADELAÏDE
  3. LA CONFRÉRIE DE LA DAGUE NOIRE 1
  4. LE LIVRE
  5. L'ÂME DÉRACINÉE
  6. PHOBOS 2
  7. SAUVEUR & FILS 2
  8. MARQUER LES OMBRES 1
  9. LES POUPÉES DE CHIFFON
  10. TOO LATE
  11. LE DOUZIÈME CHAPITRE
  12. NEVERMOOR

Pile à lire du mois de mars 2019 / mois à 5000

Bonjour à tous,
 
J'ai le plaisir de partager avec vous ma pile à lire prévue pour le mois de mars qui comme vous le savez déjà si vous me suivez sur Youtube va être un mois à 5000 (voir la vidéo ICI). Je vous invite à me rejoindre dans ce challenge pour faire baisser nos PAL ou pour simplement le plaisir de participer en se motivant les uns les autres. C'est également l'occasion de parler de vos lectures et de faire découvrir de nouveaux titres aux autres participants. Un groupe Facebook "Challenge MARS 2019 à 5000  a été crée ICI à cet effet en plus des vidéos qui paraîtront une fois par semaine. Je vous invite dès à présent à venir partager vos piles à lire.
 
En espérant vous y retrouver nombreux je vous dit à tout bientôt et vous souhaite de belles lectures.
 
Sandra

CHRONIQUE - Bleu Calypso

Charles Aubert
Thriller - Policier - Suspense
Éditions Slatkine & Cie
Paru le 3 janvier 2018
320 pages
 
Niels Hogan, quarantenaire bourru, a rompu les amarres. Profitant d’un plan social, il s’est installé – comme l’auteur – dans une cabane au sud de Montpellier, où il fabrique des leurres pour la pêche au bar. La vie simple, la douceur du temps… L’ermite n’a qu’un ami, son voisin Vieux Bob, qui attend la visite de sa fille journaliste, Lizzie. A l’occasion d’une partie de pêche, Niels découvre un cadavre. D’abord suspecté, Niels décide de mener l’enquête avec Lizzie.
 
Extrait
 
On voyait clairement les traits du visage. Le nez, la bouche, le menton, les yeux vitreux. Les cheveux se mélangeaient avec les algues. La peau était verte, de la couleur de l'eau. Comment avais-je fait pour ne pas le voir tout de suite? On aurait dit ces dessins pour enfants, ces illusions d'optique qui, à force de les regarder, laissent apparaître un cheval au milieu des branches d'un arbre. Je devinais qu'il s'agissait d'un homme. Les chairs étaient gonflées. J'ai vérifié sur les autres photos, le visage n'apparaissait pas.
 
On est ici dans un roman policier dans les règles de l'art. Un meurtre, une enquête, du suspense et des personnages qui portent le récit à merveille.
La pêche, une activité qui m'est totalement inconnue et un sujet très peu rencontré dans les romans lus jusqu'ici. Elle a été le thème central de cette histoire. J'ai parfois du chercher quelques thermes propres à cette activité mais cela n'a pas ternis ma lecture au contraire j'ai ainsi eu l'occasion d'en apprendre un peu plus au sujet de ce passe-temps, sport, métier que certains affectionne tant.
 
Un schéma classique du polar qui a très bien fonctionné avec moi, où page après page tous les scénarios possibles se dessinent jusqu'au dénouement qui bien évidement ne correspond en rien à ce que j'avais élaboré. L'auteur a su maintenir le suspense de bout en bout autour des personnages très bien construits qui m'ont accompagnée durant ma lecture.
 
J'ai particulièrement été séduite par la fin du roman, les liens que certains personnages ont crées entre eux.
 
En conclusion, une plongée en apnée dans cette histoire qui a su me séduire par sa simplicité et son efficacité tout en me tenant en halène du début à la fin. Un très bon moment de lecture en ce qui me concerne.



CHRONIQUE - Le goût du bonheur 1 - GABRIELLE

Marie Laberge
Contemporain - Historique
Éditions Pocket
Paru le 5 avril 2007
896 pages
 
Une île non loin de Québec où les étés ont des allures de paradis. C'est là que les cinq enfants Miller, bientôt six, grandissent entourés d'amour, dans une maison aux portes ouvertes en grand. C'est que Gabrielle, leur mère, et Edward, leur père, n'hésitent pas à accueillir ceux dont la fortune, contrairement à la leur, n'a pas survécu au krach de 1929. Dans une société encore très puritaine dominée par une Église implacable pour les femmes, Gabrielle défend farouchement son clan et ce goût du bonheur qu'elle transmet à ses enfants aussi passionnés d'elle.
 
Extrait
 
Edward les trouve toutes deux enlacées dans la berçante en osier, béatement endormies et sourdes à la maison qui s'éveille. Il les contemple. La même ligne de sourcils, le même carré du visage, sa bouche à lui, mais son sourire à elle, avec ses parenthèses de fossettes. La seule de ses enfants à avoir hérité du précieux regard gris de Gabrielle, variations des nuances en moins. Edward sait qu'il n'a observé aucun de ses enfants autant que celle-ci. Probablement Est-ce pour cela que Béatrice fait autant de manières. Mais, de tous ses amis, de tous ses parents ou connaissances, il est le seul à avoir autant de sens paternel. Lui qui n'a connu de son père que sa boîte à lunch, quotidiennement remplie par sa mère, il s'est juré que ses enfants verraient de lui autre chose que sa fatigue et son abattement. Il n'est pas certain d'y arriver avec les plus petits, mais celle-là, sa première, il la sait par cœur. Et, même si ce n'est pas avouable elle a une place bien à elle dans son affection.

Extrait 2

Quand Edward ferme ses bras autour de ses épaules et la serre contre lui, elle se met à pleurer dans la lumière douce de la lune. Elle pleure sur l'enfance de sa petite fille qui s'achève, sur le temps si court des enfants qu'on garde dans ses bras, sur Florent si peu gâté par la vie et à qui elle veut donner au moins une petite chance d'avoir un jour dix ans. Elle pleure le dos abandonné contre le corps solide de cet homme qu'elle aime et qu'elle approuve, même si sa décision est dure.
Un roman qui peut effrayer pars le nombre de pages et cela ne va pas en s'améliorant avec les tomes suivants qui sont encore plus volumineux. 939 pages pour le deuxième tome et 1091 pages pour le troisième. Mais ne vous laissez pas distraire, perturber ou effrayer par le nombre de pages ou le récit un peu lent des premières pages et plongez tête baissée dans cette saga familiale qui je l'avoue après un petit temps d'adaptation dû au vocabulaire (quelques thermes Canadiens) et un peu de lenteur (le temps de mettre en place les personnages, la période, le contexte), la lecture deviendra fluide et agréable.
 
Puis-je parler ici d'un roman féministe, je crois que oui en partie tout du moins. Ce premier tome est principalement consacré à Gabrielle. Mère de cinq enfants et épouse heureuse, follement amoureuse de son mari qu'elle a épousé par amour envers et contre tout malgré le désaccord de son père. Ce qui fait d'elle d'entrée de jeu, une héroïne qui se bat pour ses convictions et à l'époque ce n'est pas rien car l'histoire se déroule entre deux guerres. Une période difficile, une fois la première guerre mondiale terminée, quand la vague se retire, reste la misère et le chagrin qui restent. 
 
Un roman qui nous conte par exemple à travers ses personnages, l'émancipation de la femme ainsi que le sujet plus que délicat de la contraception en désaccord avec l'église. On voit grandir les enfants et vieillir les adultes. Peu à peu d'autres personnages viennent habilement se greffer au récit pour l'assaisonner et doucement certains d'entre eux prennent une place importante pour en devenir les personnages principaux des tomes suivants.
 
Un roman habile et intelligent, historique, familiale, féministe, doux et fort à la fois. Il est dosé à merveille et les pages se tournent toutes seules jusqu'à la fin. Marie Laberge clôture ce premier tome de manière incroyable où la seule option possible est de se jeter sur le deuxième tome pour poursuivre la lecture.
 
En conclusion, un coup de cœur pour ce premier tome qui m'a captivée. Ne vous laissez pas impressionner par le nombre de pages ce n'est qu'un détail, le voyage en vaut la peine. Et un conseil, ayez le deuxième tome à porté de main.


BLAS BLAS de janvier 2019

Bonjour à tous,

Voici la première vidéo mensuelle des blas blas de Sandra que vous devriez retrouver tous les mois sur ma chaîne Youtube à compter d'aujourd'hui. Il y a certainement des améliorations à faire au sujet de ce nouveau contenu qui se feront au fil du temps et de l'expérience. J'espère néanmoins que cela vous plaira et vous souhaite un bon visionnage.

A bientôt
Sandra


MENU

  1. Écologie et bien-être
  2. Cinéma et séries
  3. Coloriage
  4. Broderie
  5. Tricot

LA MACHINE À REMONTER LE TEMPS - Février 2018


 
Bonjour,
Voici une nouvelle formule de vidéos qui est arrivée sur ma chaîne Youtube.
Découvrons si j'ai lu tous les livres de ma pile à lire prévus en février 2018.

CHRONIQUE - La face cachée de l'arc-en-ciel

David Ruiz Martin
Nouvelles - Suspens - Thriller
Autoédité
Paru le 14 juillet 2018
173 pages
 
Sept couleurs. Sept histoires. Sept nuances aux pigments sombres, aux teintes douloureuses, parfois merveilleuses, où la peur côtoie la haine et où la haine, dans l’ombre, libère ce besoin viscéral de vengeance. Des histoires où le courage se montre en surface, où l’espoir évince la fatalité et où parfois, l’accablement et la honte poussent à la folie. Des récits qui souvent tutoient la mort, où les plus téméraires osent l’affronter, et où les plus couards préfèrent l’éviter. Certains tenteront de se jouer d’elle, mais elle finira, s’ils ne prennent pas garde, par les saisir... Et une fois dans ses serres, la mort ne relâche pas sa proie... Ne vous éloignez donc pas du chemin... Car la peur sème le doute... Et le doute finit toujours par vous perdre... Alors un conseil : restez prudents en tournant les pages de ce recueil de nouvelles.
 
Extrait
 
Mes doigts frôlent mon visage avec dégoût. Le bout de mes doigts est aussi dur que du bois, et ce que je palpe n'a rien à d'humain, seulement une texture aussi lisse et insensible que du marbre. 
 
J'ai fait la connaissance de cet auteur lors de ma lecture de son roman "Je suis un des leurs" dont je vous mets ma chronique ICI. J'ai été plus que ravie lorsqu'il m'a proposé son recueil de nouvelles en service presse et cela pour deux raisons. Le style de David Ruiz Martin m'avait beaucoup plus lors de ma lecture de "Je suis un des leurs" et pour ceux qui me connaissent un peu, j'aime bien avoir un recueil de nouvelles sur ma table de chevet pour les soirs de grosse fatigue où je préfère lire une nouvelle que de lire quatre pages d'un roman.

Sept nouvelles dont "un regard d'avancelauréate du prix Lire et librinova" Paris (oui oui quand même), qui m'ont toutes procuré des émotions très fortes (surtout la première). De ce que je peux en déduire l'auteur écrit avec l'encre de son cœur et bon sang que c'est bon! J'ai senti les thèmes abordés comme des confidences de ce qui touche, émeut David Ruiz Martin et il a réussi à merveille à me transmettre les messages dissimulés dans ces histoires de genre thriller-suspens, qu'il souhaitait faire parvenir à son lectorat. Je peux me tromper, mais bon, c'est mon ressenti personnel.

J'ai beaucoup apprécié que l'auteur prenne le temps de laisser en notes à la fin du recueil les sources d'inspiration qui l'on mené à l'écriture de chacune des nouvelles.

En conclusion, merci à David Ruiz Marin pour ces excellents moments de lecture, je me suis régalée et versé une petite larme à la lecture de "Instincts primaires" qui est la nouvelle qui ouvre le bal. Je vous recommande chaudement et sans aucune hésitation La face cachée de l'arc-en-ciel.
 

9 SAGAS QUE J'AIMERAIS LIRE