Lectures et petites chroniques de Sandra mais pas que...

J'AI LU - Hamlet

 

W. SHAKESPEARE
Éditions Flammarion
Théâtre / Classique

Haaaa "être ou ne pas être"?, me voici face à cette question existentielle.

Je suis heureuse d'avoir enfin découvert une pièce de ce très célèbre dramaturge et je compte poursuivre mon exploration par la lecture de "Macbeth" qui attend tranquillement sur mes étagères.

J'avais oublié à quel point j'aime lire les pièces de théâtre et j'avoue avoir envie d'en découvrir des plus contemporaines.

PS: Si vous débutez en littérature classique ou pièces de théâtre, ne commencez pas par shakespeare, c'est tout de même assez hardu.


J'AI LU - Tant que le café est encore chaud

 

Toshikazu Kawaguchi
Albin Michel Éditions
Contemporain - Fantastique

Résumé

Chez Funiculi Funicula, le café change le cœur des hommes.

A Tokyo se trouve un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu'en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud.
Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience et comprendre que le présent importe davantage que le passé et ses regrets. Comme le café, il faut en savourer chaque gorgée.

Mon petit avis

Une couverture, un titre et un résumé qui ont instantanément retenus mon attention.

Cela aura été une lecture tranquille sans prise de tête. Je me suis laissée portée par les personnages plutôt attachants dans cette petite histoire originale et douillette. Une petite lecture doudou avec sa petite touche de fantastique.

Malgré qu'il m'aura manqué un petit quelque chose du côté de la plume que j'espérais plus poétique et sensible il faut reconnaitre un style fluide et très agréable.

En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture aux côtés de personnages intéressants et assez touchants. Je vous le recommande, accompagné d'un bon café chaud.

J'AI LU - Un bûcher sous la neige

 

Susan Fletcher
J'ai Lu éditions
Contemporain / historique
Résumé

Au cœur de l'Écosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher.
Dans le clair-obscur d'une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d'Irlande espionner l'ennemi, l'interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s'élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s'efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu'il brûle d'écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi.
Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l'attend le supplice d'un agneau.

Mon petit avis

Première lecture terminée cette année et ça commence bien puisque c'est un immense coup de coeur.

Pour commencer, j'avoue que dès que l'on me parle de l'Écosse c'est déjà un peu gagné avec moi. Je suis en amour total pour ce pays. Mais si en plus on y place le personnage principal, "une sorcière", dans un contexte historique et que ce personnage est l'n des plus touchants qu'il m'est été de rencontrer dans ma vie de lectrice, et bien il y a bingo.

J'ai adoré du début à la fin. La plume est géniale, l'histoire est bonne et come je le disais le personnage de Corrag est incroyable.

J'ai adoré du début à la fin. La plume est magnifique, l'histoire est bonne et comme je le disais le personnage de Corrag est incroyable.

J'ai versé beaucoup de larmes au cours de ma lecture.
L'autrice a su m'émouvoir, me toucher, m'emporter aux côtés de son héroïne. Je l'ai encouragée, consolée. J'ai marché, dans le froid, à ses côtés. Je l'ai réchauffée en lui murmurant de douces balades. comme on s'inquiète pour une amie, j'ai espéré jusqu'au bout que tout irait bien pour elle, que tout allait s'arranger.

Je termine cet avis en ajoutant ce livre fabuleux à la petite liste de mes romans favoris de tous les temps et si j'ai su trouver les mots pour vous donner l'envie de le découvrir, j'espère que vous passerez un jour par ici pour me donner votre avis.

J'AI LU - Kérozène

Adeline Dieudonné
L'Iconoclaste éditons
Contemporain


Résumé

Une station-service, une nuit d'été, dans les Ardennes.
Sous la lumière crue des néons, ils sont douze à se trouver là, en compagnie d'un cheval et d 'un macchabée. Juliette, la caissière, et son collègue Sébastien, marié à Mauricio. Alika, la nounou philippine, Chelly, prof de pole dance, Joseph, représentant en acariens... Il est 23h12. Dans une minute tout va basculer.
Chacun d'eux va devenir le héros d'une histoire, entre elles vont se tisser parfois des liens. Un livre protéiforme pour rire et pleurer ou pleurer de rire sur nos vies contemporaines.
Comme dans son premier roman, La Vraie Vie, l'autrice campe des destins délirants, avec humour et férocité.
Les situations surréalistes s'inventent avec naturel, comme ce couple ayant pour animal de compagnie une énorme truie rose, ce fils qui dialogue l'air de rien avec la tombe de sa mère, ou encore ce déjeuner qui vire à l 'examen gynécologique parce qu'il faut s'assurer de la fécondité de la future belle-fille. Elle ne nous épargne rien, Adeline Dieudonné : meurtres, scènes de sexe, larmes et rires. Cependant, derrière le rire et l'inventivité débordante, sa lucidité noire fait toujours mouche. Kérozène interroge le sens de l'existence et fustige ce que notre époque a d 'absurde.

Mon petit avis (rattrapage de chronique)

Je n'ai pas encore lu "La vraie vie" de la même autrice. Je la découvre donc avec "Kérozène" et cela a été une déception en ce qui me concerne.

Le style plutôt punchy m'a séduite mais pour ce qui est de l'histoire...

Ce livre m'est plus apparu comme un recueil de nouvelles plutôt que comme un roman. Je n'y ai pas trouvé de fil conducteur cohérent. Des portraits de personnages défilent au long des pages et c'est à peu près tout.

Je suis allée au bout des 288 pages en espérant jusqu'au dernier moment que l'autrice allait me repêcher avec quelque chose d'intéressant mais nada. S'il avait été plus long, il me serait tombé des mains.

Je pense lire "La vraie vie" que j'ai dans ma pal en espérant qu'il me plaira d'avantage.


 

J'AI LU - Buveurs de vent

Frank Bouysse
Albin Michel éditions
Contemporain/roman noir/drame

Résumé

Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et soeur, soudés par un indéfectible lien.

Marc d'abord, qui ne cesse de lire en cachette.

Matthieu, qui entend penser les arbres.

Puis Mabel, à la beauté sauvage.

Et Luc, l'enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d'être un jour l'un des leurs.

Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l'animal à sang froid...

Mon petit avis (rattrapage de chronique)

Il y a maintenant un certain temps j'ais eu l'occasion de découvrir cet auteur avec son roman "Grossir le ciel" et j'ai eu envie de me replonger dans cette ambiance noire et rurale que Frank Bouysse maîtrise avec talent.

Les personnages sont incroyables et ont su mettre mes émotions à rude épreuve plus d'une fois.

Je pense que le style, l'ambiance et l'histoire ne conviendront pas à tous, mais pour ma part j'ai passé un très bon moment lecture et je n'oublierais pas ce roman de sitôt.

En bref, une ambiance sombre et malaisante. Des personnages inoubliables. Une histoire marquante. Une plume frôlant parfois la poésie.

 

J'AI LU - Et que ne durent que les moments doux

Virginie Grimaldi
Fayard éditions
Contemporain


Résumé

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Mon petit avis (Rattrapage chronique)

Après avoir lu "Il est grand temps de rallumer les étoiles", je m'étais promis de croiser à nouveau la route de Virginie Grimaldi et c'est avec son dernier roman paru que cette promesse faite de moi à moi c'est concrétisée.

Je vais pas blablater des heures. J'ai tout simplement adoré.

J'aime beaucoup la plume de l'autrice qui a, à nouveau su me faire rire mais aussi m'émouvoir.

Les personnages sont attachants. l'histoire est intéressante et le petit retournement de situation de la fin, fini par en faire un roman qui fonctionne et qui m'a procuré un excellent moment de lecture.

Je n'oublierais pas cette histoire tout comme, "Il est grand temps de rallumer les étoiles", elle restera associée au sentiment d'avoir passé un moment doudou duquel j'ai eu un peu de mal à sortir en tournant la dernière page.



 

J'AI LU - Le tourbillon de la vie

Aurélie Valognes
Fayard éditions
Contemporain
Littérature française

Résumé

Le temps d'un été, Arthur et son petit-fils rattrapent les années perdues. Plus de 60 ans les séparent, mais ensemble ils vont partager les souvenirs de l'un et les rêves de l'autre. Le bonheur serait total si Arthur ne portait pas un lourd secret.

Mon petit avis (Rattrapage de chronique)

La thématique de ce roman a fait écho en moi et m'a replongée dans certains souvenirs passés et craintes du futur. Il a su m'émouvoir, me remuer.

L'autrice a un style que j'aime beaucoup. Elle ponctue le sujet traité de petites touches drôles, douces et savoureuses, qui m'ont fait sourire tant de fois au cours de ma lecture. des personnages que l'on aurait envie de côtoyer, prendre dans nos bras et cajoler. Leurs dire que tout ira bien.

J'avais besoin de ce genre de lecture au moment où j'ai lu ce livre et c'est pour cette raison que cela a été un sans faute en ce qui me concerne.

 

J'AI LU - L'ami imaginaire

 

Stephen Chbosky
Le Livre de Poche
Fantastique/horreur

Résumé

Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.
Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.
Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.
Lui seul sait que quelque chose a changé.
La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.
S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

Mon petit avis

Je ne sais pas comment vous parler de ce livre. Je vais aller à contre sens de ceux qui l'ont adoré. Vous l'aurez compris, cela ne l'a pas du tout fait avec moi et j'en suis la première désolée car j'étais super emballée lorsque je l'ai commencé.

J'ai si souvent failli l'abandonner que j'ai arrêté de compter et pourtant je suis allée au bout des 982 pages dans l'espoir que l'auteur allait me repêcher à tout moment. Mais au contraire, l'histoire a pris une direction qui ne m'a pas plu.

Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, c'était long et un peu fouilli. Je suis peut-être passée complètement à côté mais voilà... ce livre a été ma pire lecture 2021.

J'AI LU - Nevermoor 1 / Les défis de Morrigane Crow

Jessica TOWNSEND
Édition PKJ
Jeunesse 

Résumé

Morrigane Crow est née le jour du Merveillon, ce qui signifie deux choses :
1. Elle est maudite.
2. Elle est condamnée à mourir à minuit le jour de ses onze ans.
Son cercueil l'attend.
Elle est sauvée in extremis par un homme étrange qui l'emmène dans le royaume magique de Nevermoor...

Mon petit avis

Un grand oui pour ce premier tome!

J'ai absolument tout aimé dans ce livre.

Les personnages sont très très bien et l'univers est génial. On ne s'ennuie pas une minute.

Il va falloir que je me cale le deuxième tome assez rapidement car j'ai très hâte d'y retourner et de connaître la suite de cette aventure passionnante.

Comme beaucoup d'autres lecteurs, j'ai eu le même sentiment de plaisir que lors de la lecture de Harry Potter.

J'ai adoré et vous le recommande chaudement.

 

J'AI LU - Le CV de Dieu

Jean-Louis Fournier
Éditions Le Livre de Poche
Littérature humoristique / 187 pages

Le ciel était fini, la terre était finie, les animaux étaient finis, l'homme était fini. Dieu pensa qu'il était fini aussi, et sombra dans une profonde mélancolie. il ne savait à quoi se mettre. Il fit un peu de poterie, pétrit une boule de terre, mais le cœur n'y était plus. Il n'avait plus confiance en lui, il avait perdu la foi. Dieu ne croyait plus en Dieu. Il lui fallait d'urgence de l'activité, de nouveaux projets, de gros chantiers. Il décida alors de chercher du travail, et, comme tout un chacun, il rédigea son curriculum vitae...

Mon petit avis

Une petite parenthèse littéraire pleine d'humour.

Ce court roman se lit très bien et très vite, pour un moment lecture drôle et très sympa.

J'ai beaucoup aimé et vous le recommande comme un petit bonbon à déguster et qui égayera votre journée.


J'AI LU - Le manoir maudit

MARC VOLTENAUER
Éditons Auzou
Collection frissons Suisses
Littérature jeunesse

Alors que Mélissa commence un stage au Manoir, un ancien Grand Hôtel reconverti en résidence pour personnes âgées, une femme inconnue y est retrouvée morte. Accident ? Meurtre ? La jeune fille, épaulée par son frère, Adam, et leurs amis mènent l’enquête. Les premiers indices laissent penser que tout est lié à un incendie survenu en 1960, qui avait ravagé une partie de l’hôtel.

Mon petit avis

Encore une lecture très chouette proposée par les éditions Auzou. Marc Voltenauer, auteur de thrillers, se prête au jeu de la littérature jeunesse et c'est très réussi.

Une histoire frissonnante à lire dès dix ans, qui entraînera les plus jeunes lecteurs, amateurs d'enquêtes et de mystères,  au sein d'un manoir où le suspense les tiendra éveillés jusqu'à la dernière page.

En conclusion, à glisser sous les sapins pour les plus courageux des nos chérubins. 

 

J'AI LU - Mitsuba

 


AKI SHIMAZAKI
Éditions Babel
Littérature Japonaise
136 pages

Quand la compagnie d'import-export Goshima de Tokyo propose à Takashi Aoki une mission dans sa succursale parisienne, il se trouve au tournant de sa vie puisqu'il vient de rencontrer la femme avec laquelle il souhaite fonder une famille, Yûko Tanase. Qu'adviendra-t-il de la promesse des amoureux, faite au café Mitsuba?

Pour évoquer le déchirement d'êtres tiraillés entre le devoir social ou familial et les sentiments, l'écriture d'Aki Shimazaki est troublante de délicatesse et de sobriété.

Mon avis

Premier tome de la série "Au cœur du Yamato" composé de cinq romans, "Mitsuba" a été un moment de lecture savoureux. 

Je n'ai pas de grande expérience avec la littérature Japonaise mais j'y ai retrouvé cette délicatesse ainsi que la pudeur très caractéristique du genre. Une certaine poésie s'en dégage également et les pages se sont tournées toutes seules m'emportant dans une délicieuse expérience de lecture.

J'ai particulièrement aimé le personnage de Takashi Aoki car il permet d'avoir un point de vue masculin dans un texte qui traite d'amour, de sentiments et du projet de fonder une famille, c'était intéressant car, il me semble que cette thématique est plus souvent traitée d'un point de vue féminin.

Je pense lire plus de littérature Japonaise car je me rends compte que je l'apprécie énormément. Je vais très certainement bientôt lire le deuxième volets de "Au cœur du Yamato" qui est "Zakuro" dont vous pourrez lire le résumé ICI.

Avez-vous expérimenté la littérature Japonaise? L'avez-vous appréciée? N'hésitez pas à me laisser un commentaire.

Je vous souhaite de belles lectures et prenez soin de vous.

BILAN - Octobre 2021



Il était temps de vous poster un petit visuel des lectures que j'ai faites au mois d'octobre. Ce sont également les chroniques que j'ai en retard, sauf pour le King 🙈. Les posts suivrons au cours des deux semaines à venir.

• LE MANOIR MAUDIT de Marc Voltenauer et LE SECRET DES BOIS DE CHANCY de Olivia Gerig, chez Auzou éditions dans leur collection " Frissons suisses". ➡️ Du suspense à partir de 10 ans sous les plumes expérimentées de ces deux auteurs de policier/thrillers. C'était génial! 

• L'AMI IMAGINAIRE de Stephen Chbosky, aux éditions Le Livre de Poche. ➡️ Près de 1000 pages qui m'ont pris un mois tellement ça été compliqué. Déception, mais je vous en reparle dans un futur post dédié.

• ÉCRITURE MÉMOIRES D'UN MÉTIER de Stephen King aux éditions Le Livre de Poche. ➡️ Un livre commencé il y a fort longtemps et mis de côté pour je ne sais quelle raison. Je suis contente de l'avoir repris et terminé. J'ai beaucoup aimé.

• MITSUBA de Aki Shimazaki aux éditions Babel. ➡️ Premier tome de la pentalogie "Au cœur du Yamato". Ce court roman a été la bonne surprise de mois. Hâte de vous en parler.

🍁Voilà pour ce petit bilan. Avez-vous lu certains de ces titres?

J'AI LU - Écriture, mémoires d'un métier

Stephen king
Autobiographie / Essai
Éditions Le Livre de Poche


Je ne sais pour quelle raison, ce livre, dont j'avais commencé la lecture il y a fort longtemps, était resté  inachevé. J'avoue avoir dû, quelque peu, le dépoussiérer, avant d'en reprendre la lecture. 

Foisonnant de références, d'astuces et de conseils, cet essai autobiographique écrit par celui qui, depuis tant d'années hante nos heures de lectures les plus frissonnantes a été une expérience de lecture des plus instructives. 

Écrit avec légèreté, humour et facile d'accès, il s'adresse à tous les écrivains en herbe. Mêlant conseils et expériences personnelles, l'ouvrage s'éloigne des manuels indigestes et offre au lecteur matière à aborder l'écriture avec des bases justes et solides. Divisé en trois parties que je vous laisse découvrir il est à mon avis un incontournable pour les futurs créateurs d'histoires.

En conclusion : Un ouvrage que je pense garder sous la main, pour aller y rechercher les précieux conseils du King.


 

J'AI LU - Le disparu du vieux cimetière

CATHRINE MAY
Éditions Auzou
Collection "Frissons Suisses"
Jeunesse

Au collège de La Servanne, la vie coule paisiblement pour Léa et sa bande de copains. Jusqu'au jour où un chantier près de l'école révèle plusieurs sépultures anciennes.
Fascinés par cette découverte, les enfants essayent d'en savoir plus et décident d'aller explorer le site des fouilles. Mais tout s'accélère lorsqu'un des amis de Léa disparaît mystérieusement...

Mon avis

Proposée par les éditons Auzou, la collection frissons Suisses, s'adresse aux jeunes lecteurs dès 10 ans  qui souhaitent se lancer dans la littérature à suspens. 

J'ai démarré mon exploration des "frissons Suisses" par Le disparu du vieux cimetière écrit par Catherine May et j'avoue y avoir trouvé un plaisir de lecture assez surprenant. Oui, entre l'histoire et les jolies illustrations je me suis faite prendre au piège. J'ai à nouveau eu dix ans le temps de ma lecture et j'ai trouvé ça génial. 

L'histoire est bien menée et très contemporaine. Elle aborde des thématiques intéressantes pour la jeunesse et débouche tout en douceur sur une petite morale bienvenue.

Ayant beaucoup aimé cette première expérience de lecture je me suis lancée dans un deuxième roman de cette collection. La chronique arrivera bientôt sur le blog.

En conclusion, à lire sans modérations et ce, de 10 à 99 ans.

J'AI LU - BL métamorphose 1 de Kaori Tsurutani

 

Manga / Seinen
Éditions Kioon
conseillé 14 ans
Série terminée en 5 tomes

À 75 ans, Yuki vit le quotidien bien réglé d’une grand-mère japonaise, entre mots croisés et cours de calligraphie. En flânant un jour dans une librairie pour fuir la chaleur, elle craque pour un manga, intriguée par sa couverture chatoyante… Ce n’est qu’en rentrant chez elle que Yuki se rend compte qu’elle a fait l’acquisition d’une bande dessinée d’un genre bien particulier : un boy’s love, une romance entre garçons ! L’histoire pourrait s’arrêter là, mais, contre toute attente, notre mamie tombe littéralement sous le charme de ce récit et n’a plus qu’une idée en tête… lire la suite !
C’est la jeune Urara, apprentie libraire et accro au genre, qui va devenir la conseillère de la vieille dame en la matière ! Pour l’adolescente timide et complexée, qui vit sa passion dans le secret, la rencontre avec Yuki va être un véritable déclic. Par-delà les générations, les deux fangirls vont s’ouvrir l’une à l’autre et découvrir les joies d’une amitié hors du commun !

Mon avis

J'ai acheté les deux premiers tomes de cette série au hasard. Séduite par la couverture et le résumé, et ne l'ayant pas vu tourner sur les réseaux sociaux l'envie de partir à l'aventure a été immédiate. 

L'illustration à l'aquarelle de la couverture et le papier granuleux sont doux à la vue et au toucher. Cela donne d'emblée cette sensation réconfortante avant même d'avoir ouvert le manga. D'habitude je ne parle pas trop de la couverture dans mes avis lecture mais ici j'avais envie de le faire, tant je la trouve jolie.

Passons au contenu. Malgré un trait simple et parfois approximatif, les émotions des personnages sont très bien représentées. L'espièglerie de Yuki ou l'étonnement et les réflexions de Urara sont ainsi très bien transmises aux lecteurs.

Certaines planches sur fond noir nous donnent l'information que nous nous trouvons dans l'histoire à l'intérieur de l'histoire et c'est un choix très judicieux car le récit reste ainsi très clair.

J'ai adoré ce premier tome. Je me suis de suite attachée aux personnages. J'ai adoré le lien amical qui se tisse entre cette femme âgée et cette jeune fille. J'ai vraiment hâte de poursuivre cette histoire avec le deuxième tome. Je pense commander la suite très rapidement et je vous reviens en fin de série pour vous donner un avis global.


J'AI LU - "Wild Crows 1" de Blandine P. Martin

 ATTENTION - Rattrapage de chronique ( lecture effectuée en octobre 2020)


Romance contemporaine


La liberté n’existe que si l’on se bat pour l’obtenir.

Traverser deux états pour rencontrer son père biologique n’effraie pas Joe Blake.
Ce qu’elle n’avait pas prévu, en revanche, c’est de se retrouver face au leader d’un club de bikers 1%. Des hors-la-loi. Joe devra prendre ses marques dans ce monde dont elle ne maîtrise pas les codes.

Faire sa place au sein d’un groupe de bikers en tant que femme n’est pas chose facile. Jamais elle n’aurait pensé pouvoir un jour se lier à ce genre d’hommes, et pourtant…

Malgré leurs différences, le sang qui coule dans ses veines ne la trompe pas : elle est l’une des leurs.

Mais vivre sans contraintes n’est pas sans risque. Lorsque l’on foule le territoire des Wild Crows, on n’en ressort pas indemne.

Mon petit avis

Wild Crows est une romance sans scènes de sexe explicites chose que j'apprécie beaucoup.
Des personnages inoubliables dans une histoire écrite avec caractère et maîtrise. La plume de l'auteure est accessible mais très aboutie. Elle m'a transportée du début à la fin. J'ai adoré!

J'espère lire le tome deux (déjà en attente dans ma liseuse) le plus vite possible car je brûle d'impatience de connaître la suite.

Si vous souhaitez une romance dans l'univers des bikers sans avoir à sauter des pages salaces et que vous n'avez pas peur de vous retrouver enchaînés aux personnages n'hésitez pas une seconde.

J'AI LU - "The wicked deep" de Shea Ernshaw

 ATTENTION: Rattrapage de chronique (lecture effectuée en automne 2020).

C’est une histoire de vengeance... Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Une fiction d’une force envoûtante aux frontières de la sorcellerie et de la magie. Êtes-vous prêts à rencontrer les "Swan Sisters" ?

Mon petit avis

Quoi de mieux pour entrer dans l'automne qu'un roman qui parle de sorcières et de malédiction? 😃

Mais pas que... on y trouve aussi de l'amour et de l'amitié.
Si l'histoire se met doucement en place au début mettant le lecteur dans une ambiance sombre et inquiétante elle prend ensuite une forme au suspens très chouette.

J'ai beaucoup aimé ma lecture malgré que j'ai très vite deviné pratiquement toute l'intrigue. Le roman étant destiné aux ados je pense qu'il comblera les attentes de cette tranche d'âge et je le recommande aux amateurs de ce genre.

J'AI LU - "7 lettres" de Olivia Harward

 

Thriller/Jeunesse
Contemporain
Éditions Hachette


Une lettre est glissée sur le corps sans vie de Colton Crest. L'assassin offre au meilleur ami de la victime, Eliott, un jeu cruel : un jeu de piste pour lui faire découvrir la raison de l'absence de Colton le mois précédant son décès, et comprendre comment il aurait pu empêcher le funeste destin de son ami. Eliott se lance à la recherche de ces six autres lettres disséminées.

Mon petit avis

J'ai trouvé l'histoire très bien avec un jeu de pistes qui mènera les personnages jusqu'à la résolution de l'énigme mais.. J'y ai trouvé, parfois, des éléments pas forcément nécessaires et utiles au récit et un style par moment un peu douteux qui peut peut-être, s'expliquer par une traduction maladroite. Mais que dire des quelques coquilles et fautes d'orthographe ainsi que certains faits qui sont tirés par les cheveux voir même irréalisables.

Je vous mets par exemple au défit d'aller cacher un objet dans une machine où l'on peut gagner une peluche avec une pince mécanique dans les fêtes foraines.

En conclusion, une lecture très mitigée.

J'AI LU - "Après la pluie 5" de Jun Mayuzuki

 

Manga / Seinen
Kana éditions

Akira, 18 ans, travaille après ses cours dans un Family Restaurant.

Elle est secrètement amoureuse du gérant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n’est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance.

Face à la poésie du sentiment amoureux qu’éprouve Akira, Masami va prendre conscience de l’importance de vivre ses passions.

Mon petit avis

Le problème avec les séries c'est qu'il est difficile d'en parler sans spoiler. Je vais juste dire que dans ce cinquième tome on voit, tout en pudeur, la douce évolution des personnages et des sentiments. On sent bien la problématique du regard des autres, du jugement de la société qui peut bien souvent cloisonner la liberté des individus à s'aimer tout simplement, car le cœur à ses raisons. Les dessins sont toujours très sympa et je vais poursuivre cette série avec grand plaisir.

J'AI LU - "Lettre d'amour sans le dire" de Amanda Sthers

Grasset éditions
Contemporain

Alice a 48 ans, c’est une femme empêchée, prisonnière d’elle-même, de ses peurs, de ses souvenir douloureux (origines modestes, native de Cambrai, séduite et abandonnée, fille-mère, chassée de chez elle, cabossée par des hommes qui l’ont toujours forcée ou ne l’ont jamais aimée). Ancienne professeur de français, elle vit dans ses rêves et dans les livres auprès de sa fille, richement mariée et qui l’a installée près d’elle, à Paris.
Tout change un beau jour lorsque, ayant fait halte dans un salon de thé, Alice est révélée à elle-même par un masseur japonais d’une délicatesse absolue qui la réconcilie avec son corps et lui fait entrevoir, soudain, la possibilité du bonheur.
Cet homme devient le centre de son existence : elle apprend le japonais, lit les classiques nippons afin de se rapprocher de lui. Enfin, par l’imaginaire, Alice vit sa première véritable histoire d’amour. Pendant une année entière, elle revient se faire masser sans jamais lui signifier ses sentiments, persuadée par quelques signes, quelques gestes infimes qu’ils sont réciproques.
Le jour où elle maitrise assez la langue pour lui dire enfin ce qu’elle ressent, l’homme a disparu...
D’où la lettre qu’elle lui adresse, qui lui parviendra peut-être, dans laquelle elle se raconte et avoue son amour. Tendre, sensuelle, cette lettre est le roman que nous avons entre les mains : l’histoire d’un éveil. Ce qu’Alice n’a pas dit, elle l’écrit magnifiquement. Prête, enfin, à vivre sa vie.

Mon petit avis

Petit ouvrage à déguster sans prise de tête.

J'avoue que cela aura été une bonne petite lecture mais qui ne va pas me marquer. Elle conviendra pour une transition entre deux lectures exigeantes ou deux pavés. C'est bien écrit et les pages se tournent toutes seules mais sans plus en ce qui me concernes.

J'AI LU - "Premier sang" de Amélie Nothomb

 

Albin Michel éditions
Contemporain
Littérature Belge

Entre Amélie Nothomb et moi c'est un peu "Je t'aime, moi non plus", il y a des romans que j'ai adoré et d'autres que j'ai détesté. C'est donc avec une petite musique de suspense que j'ai ouvert "Premier sang". Dans quelle boîte allais-je ranger ce dernier bébé de l'autrice?

L'autrice a perdu son père lors du 1er confinement et n'a donc pas pu lui rendre un dernier hommage. C'est à travers ce roman biographique qu'elle décide de prendre la voix du père et de narrer sa vie.

J'ai à nouveau été fascinée par la plume de Amélie Nothomb. Elle a cette façon bien à elle de raconter et j'avoue y avoir toujours été sensible. Elle donne la voix à un père souvent très pudique à montrer ses émotions. On va y découvrir une enfance peu ordinaire qui touche et émeut et puis la guerre aussi. J'ai aimé que l'autrice partage ces moments intimes de la vie privée. J'ai adoré parcourir ces lignes, me joindre à cette tristesse et ces émotions qu'elle a pu ressentir en écrivant ce livre.

Je l'ai lu comme une confidence faite autour d'une tasse de thé.

J'AI LU - "L'uniformisation du monde" de Stefan Zweig

 

Allia éditions
Essai
«Les visages finissent par tous se ressembler, parce que soumis aux mêmes désirs, de même que les corps, qui s'exercent aux mêmes pratiques sportives, et les esprits, qui partagent les mêmes centres d'intérêt. Inconsciemment, une âme unique se crée, une âme de masse, mue par le désir accru d'uniformité, qui célèbre la dégénérescence des nerfs en faveur des muscles et la mort de l'individu en faveur d'un type générique.» Dès 1925, Stefan Zweig pressent l'un des grands bouleversements sociaux de notre temps?: l'uniformisation du monde. Alors que le concept de mondialisation reste toujours à inventer, il examine avec perplexité des sociétés qui gomment peu à peu toutes leurs aspérités. Comment en sommes-nous arrivés là??
Dans ces pages habitées d'une lumineuse mélancolie, il décrit déjà l'avènement de l'instantanéité et de la simultanéité, à travers la mode, le cinéma, la radio ou même la danse. Facilité par des bouleversements techniques profonds, ce culte de l'éphémère joue un rôle central dans l'unifor­misation critiquée par Zweig.
S'il dénonce la gravité d'un tel processus­, c'est tout simplement qu'il en va de notre liberté. À une époque où le fascisme commence à poindre, Zweig nous met en garde contre une autre forme de tyrannie. Car il n'y a qu'un pas de l'uniformisation des modes de vie à la servitude volontaire des individus. En écho à la massification de la vie sociale, cette uniformisation ouvre finalement la porte à toutes les dérives autoritaires du pouvoir, dont Zweig perçoit le risque avec sensibilité. Dernier recours pour les individualités récalcitrantes?: fuir en elles-mêmes, pour oublier l'oppression du collectif.

MON AVIS

Un petit plaidoyer datant de 1925 et qui reste complètement et totalement d'actualité. Percutant et clair, Stefan Zweig saura bousculer votre petit quotidien avec ce court ouvrage que j'ai personnellement adoré.

La justesse des propos et la clairvoyance de l'auteur m'ont complètement séduite. Quarante sept pages c'est pas long mais tout y est. N'hésitez pas une seconde à vous le procurer, il ne prendra pas beaucoup de place sur vos étagères mais vous trottera dans la tête des jours durant.