CHRONIQUE - Nos embellies

Gwénola Morizur & Marie Duvoisin
Bande dessinée
Éditions Bamboo
Collection Grand Angle
Paru le 28 février 2018
72 pages
 

Tout quitter pour retrouver goût à la vie.


Lily apprend qu'elle est enceinte, au moment où son compagnon lui annonce qu'il va partir en tournée avec son groupe et lui demande de s'occuper de Balthazar, son neveu, qui arrive du Canada. Lily tente d'apprivoiser ce gamin qu'elle n'a jamais vu et qui traîne avec lui la tristesse de la séparation de ses parents. Sur un coup de tête, elle quitte Paris avec Balthazar. Sur la route, ils rencontrent Jimmy, un jeune homme en marge. Leur périple les mène jusqu'à Pierrot, un berger qui élève seul ses brebis avec son chien. Ensemble, ces âmes déboussolées vont retrouver un souffle de vie.
 
Une belle couverture qui incite à la découverte de cette histoire touchante et qui passe comme une lettre à la poste.
 
Au fur et à mesure que se présentent les personnages on ne peut que s'y attacher à la seconde même où on les recontre et j'avoue que c'est bien agréable.
 
J'ai tout aimé dans cette bande dessinée. Les personnages, le coup de crayon, le scénario et le message qu'elle véhicule jusqu'au lecteur.
 
Les rencontres y sont tendres et douces. Les destins se croisent, s'attachent. Une main tendu peut tout changer dans une vie.
 
En conclusion, en toute simplicité mais efficacement cette bande dessinée qui fait du bien et met du baume au cœur, sera parfaite pour un moment cocooning accompagnée d'une tasse thé et d'un plaid. Une très belle découverte que je vous recommande vraiment chaudement.

CHRONIQUE- L'aigle de sang

Marc Voltenauer
Policier - Thriller - Suspense
Éditions Slatkine & Compagnie
Paru le 14 mars 2019
510 pages
 

Un secret de famille, une épitaphe mystérieuse, une inquiétante confrérie viking... L'inspecteur Auer était parti sur l'île de Gotland à la recherche de ses origines, il se retrouve prisonnier d'une enquête vertigineuse, entre Suisse et Suède, sur fond de meurtre rituel et de disparitions. En dénouant les hypothèses, il remonte au plus lointain de son enfance. Mais qui est vraiment Andreas Auer ?






Extrait

Au cœur de la nuit la plus longue de l'année, le Jarl Dvalin, chef du clan des Enfants de Freyja, se tenait immobile au centre d'une formation de pierres savamment disposées par ses ancêtres de l'âge de bronze pour rappeler la forme d'un navire viking. Le bateau de pierre, le skeppssättning, se trouvait dans une paisible clairière, isolée au milieu de la forêt de Barshalder. L'homme qu'on avait enseveli là près de trois mille ans plus tôt avait très certainement, grâce au drakkar de pierre, rejoint Hellheim, l'un des Neuf Mondes où vivent les morts, dans une brume opaque et glaciale.

Marc Voltenauer compte parmi ces auteurs dont j'attends les sorties avec grande impatience depuis que je l'ai découvert avec son premier roman "Le dragon du Muveran". Il fait également partie des auteurs avec lesquels j'aime arriver en queue de file avec mes chroniques une fois l'effervescence passée. J'aime appliquer une piqûre de rappel genre, hé ho tu l'as pas encore lu? fonce!
 
C'est avec grand plaisir que j'ai rejoint Andreas Auer le temps de parcourir les cinq cent dix pages de L'aigle de sang. Ce roman nous plonge dans le passé de Andréas à la recherche de ses origines. L'histoire est donc intimement liée à l'inspecteur Auer. Dans un premier temps plus l'histoire avance et plus le mystère s'épaissi, comme un brouillard se faisant toujours plus dense et peu à peu il se retire permettant d'assembler  les pièces du puzzle mais ne vous réjouissez pas trop vite, le dénouement sera une belle gifle que vous n'aurez pas vu venir. L'auteur a su brouiller les pistes et garder la révélation finale dans son chapeau de magicien jusqu'aux dernières pages du roman.
 
J'ai du un peu m'accrocher au début car il y a pas mal de personnages avec des noms peu familiers à notre langue française et certains de ces personnages ont en plus de leurs noms, des surnoms. Une fois passée la difficulté de retenir tout ce petit monde (n'hésitez pas à prendre quelques notes pour les retenir) cette lecture s'est avérée être magistrale. J'aimais déjà beaucoup l'inspecteur Andreas Auer avant, mais je me sens encore plus proche de lui maintenant, comme s'il s'était confié à moi au sujet de son passé. J'ai hâte de découvrir quelle va être l'évolution de ce personnage dans les romans futurs après les révélations faites dans celui-ci.
 
Je tiens à saluer le travail de recherche gigantesque que l'auteur à fourni pour l'élaboration de ce roman ainsi que la construction méthodique et complexe de l'histoire qui se déroule entre passé et présent.
 
En conclusion, une fois de plus Marc Voltenauer confirme sa présence sur la scène des auteurs de thriller à suivre absolument.
 

 

CHRONIQUE - Créatures fantastiques 1

Kaziya
Manga-Seinen
Aventure - Fantastique
VF: 3 tomes (en cours)
VO: 4 tomes (en cours)
Conseillé 14 ans
 
La science a remplacé la magie dans le cœur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entraînant les créatures fantastiques dans l’oubli. Descendante d’une lignée de mages et déçue de la place qu’occupe désormais la science aux dépens de la magie, la jeune Ziska est apprentie vétérinaire. Avec son maître Nico, elle cherche à soigner et préserver les bêtes mythiques menacées d’extinction...
Après le travail, elle se rend en secret dans la forêt où elle a découvert un animal extraordinaire qu’elle pense être la seule à voir. Gravement blessé et mal en point malgré les soins prodigués par la jeune fille, ce dernier ne peut être soigné sans l’intervention magique de Nico. Une bonne raison pour Ziska d’apprendre à maîtriser la magie, non ?

Parlons un peu aujourd'hui du premier tome de cette série Seinen à la couverture plus que jolie. Perso, j'adore le coup de crayon de ce manga et cela tout au long du livre.

Un début de série au scénario très sympa dans une ambiance où la magie cohabite avec la science et cela fait vraiment du bien. On explore la médecine, les créatures fantastiques et la magie. Tout est bien dosé et la lecture agréable.

Je pensais que ce manga était recommandé 10 ans et j'ai été un peu surprise en découvrant que cela convient aux quatorze ans et plus. Peut-être à cause de la compréhension de l'histoire. Pour ma part cela a été le seul petit point non pas négatif mais j'ai eu l'impression que c'était vraiment trop jeunesse pour moi d'où ma surprise en découvrant l'âge recommandé. Je pense tenter le deuxième tome mais il ne fait pas partie de mes priorités mangas malgré les bonnes heures de lecture passées en sa compagnie.

En conclusion, un bon début de série qui annonce mille et unes aventures sous le très joli coup de crayon de Kaziya.

CHRONIQUE - Passager 23

Sébastian Fitzek
Thriller - Policier - Suspense
Éditions Archipel
Paru le 7 mars 2018
418 pages 

Imaginez un lieu isolé.

Un lieu où disparaissent, année après année, des dizaines de personnes...


Sans laisser de trace. Un lieu rêvé pour des crimes parfaits.


Bienvenue à bord. La croisière ne fait que commencer...

 
Avec un quatrième de couverture court mais très alléchant, d'autant plus que je suis friande des thrillers se déroulant dans des ambiances confinées, à huis clos, Passager 23 ne pouvait que titiller ma curiosité et c'est avec une envie dévorante que j'ai tourné les premières pages de ce roman.
 
L'idée de cette histoire est géniale mais très vite j'ai trouvé certains personnages peu convaincants et ce qui m'a le plus dérangé c'est qu'à plusieurs reprises certains éléments étaient tirés par les cheveux écorchant la crédibilité des faits.
 
Une lecture mi-figue, mi-raisin qui n'a pas su totalement m'embarquer et c'est bien dommage malgré la plume agréable de l'auteur.
 
Il se peut que je tente la lecture de son dernier roman "Le colis" qui m'intrigue beaucoup.
 
En conclusion, petite déception avec cette première lecture de Sébastian Fitzek mais j'ai espoir qu'il prenne sa revanche avec "le colis".
 



CHRONIQUE - L'épouvanteur XI / Le pacte de Sliter

Joseph Delaney
Fantaisie - Jeunesse
Éditions Bayard Jeunesse
Paru le 19 février 2015
307 pages
 
Loin du Comté, à l'extrémité du cercle Arctique, dans la cité des Kobalos, une terrible menace se prépare. Sliter vit sur son propre domaine dans le Nord, où il exploite des humains et s'abreuve de leur sang. C'est un mage Kobalos, une bête à l'apparence d'un loup qui se déplace sur deux pattes. Le jour où le fermier Rowler meurt, Sliter n'a qu'une envie : dévorer ses trois appétissantes filles. Seulement, il a conclu un marché avec cet homme qu'il se doit d'honorer : en échange de Nessa, la fille aînée qu'il compte vendre comme esclave, il a promis d'épargner les deux plus jeunes et de les conduire chez leur oncle. Les trois sœurs terrifiées n'ont pas d'autre choix que de suivre cette créature assoiffée de sang. Commence alors un long périple dans des conditions extrêmes, sur les terres gelées du Royaume du Nord, où vivent des bêtes démoniaques et sanguinaires...
 
Extrait
 
Les Kobalos sont une race de féroces guerriers, établis à Valkarky, une ville située à la lisière du cercle arctique. Son nom signifie "la Ville des Arbres pétrifiés". On y trouve quantité d'abominations, créées par la magie noire. Ses mus sont bâtis et restaurés par des créatures qui ne dorment jamais et qui crachent des pierres. Les Kobalos croient que leur ville ne cessera jamais de s'étendre, jusqu'à ce qu'elle recouvre le monde entier.
 
J'étais un peu déçue de ne pas retrouver Tom dans ce onzième volet de la saga de l'épouvanteur, mais l'auteur nous offre l'apparition de l'un des personnages clefs de la série aux trois quarts du roman ce qui a fait retomber quelque peu ma déception.
 
Toujours aussi fascinée par cette série je mentirais en disant que ce tome n'est de loin pas mon préféré malgré qu'il m'ai fait passer un bon moment de lecture.
 
Sliter, un guerrier sanguinaire qui exploite les humains et s'abreuve de leurs sangs devrait susciter le plus grand dégoût et de la colère au lecteur et pourtant... nous nous apercevons que cette créature en dépit de son essence maléfique place la justice et la parole donnée au dessus de tout. On s'y attacherait presque...
 
Je pense savoir avec une quasi certitude que nous devrions retrouver Sliter dans un tome futur ainsi que peut-être Nessa l'ainée des trois sœurs et ce sera avec grand plaisir en ce qui me concerne.
 
En conclusion, hâte de lire le douzième tome.
 
 
 
 

CHRONIQUE - Je suis ton secret 1

 Marc Cantin - Isabel - Clémentine Bouvier
Bande dessinée - Jeunesse
Éditions Claire de Lune
Collection CDL. Fantastique
Paru le 6 février 2019
48 pages
 
Manah est lycéenne. Un jour elle découvre un message dans son agenda, qui annonce la mort de son meilleur ami, puis d'autres messages suivent, toujours aussi inquiétants. Jusqu'à présent Manah arrive à éviter que ces prévisions mystérieuses tournent au drame, pour le moment... Mais qui écrit donc ces messages dans son agenda sans qu'elle s'en aperçoive
 
Tout d'abord interpellée par le titre et la couverture de cette bande dessinée je me suis ensuite totalement laissée convaincre par le résumé. C'est ainsi que "Je suis ton secret" a atterrit dans mon cabas lors de l'une de mes flâneries en librairie. Tirée du roman de Marc Cantin "Je suis ton secret - Messages" cela a été une belle découverte avec laquelle j'ai passé un très bon moment de lecture.
 
La colorisation douce et dynamique à la fois, donne le relief nécessaires aux très jolis dessins  qui mettent en scène une histoire au suspense super addictif. Je me suis laissée embarquer dans l'histoire dès les premières pages et cela jusqu'à la fin qui laisse le lecteur dans l'envie totale et absolue de dévorer le deuxième tome. (pas trouvé de date de sortie)
 
Je me suis très vite laissée séduire et liée d'amitié avec les personnages que je trouve très sympathiques et attachants. Ils évoluent dans une ambiance entre vie familiale et scolaire à laquelle le public cible de cette bande dessinée saura parfaitement s'identifier.
 
En conclusion, cette BD saura plonger les plus jeunes (et les moins jeunes) dans quelques heures de lecture passionnantes ponctuées par des touches d'humour qui allègent le récit intelligemment. Je valide et attends le deuxième tome avec impatience.
 


CHRONIQUE - Changer l'eau des fleurs

Valérie Pérrin
Contemporain
Éditions Le Livre de Poche
Paru le 24 avril 2019
672 pages
 
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.
 
Extrait 1
 
Après la fermeture des grilles, le temps est à moi. J'en suis l'unique propriétaire. C'est un luxe d'être propriétaire de son temps. Je pense que c'est un des plus grands luxes qu'un être humain puisse s'offrir.
 
Extrait 2
 
La mort d'une mère est le premier chagrin qu'on pleure sans elle.
 
Je vais tenter de vous transmettre avec cette chronique mon avis sur ce roman et cela ne va pas être chose facile, à commencer par les extraits. Je vous en ai posté deux mais j'aurais pu y mettre la moitié du roman tant j'y ai trouvé de passages poétiques, touchants, troublants.
 
Une plume puissante par sa sensibilité qui m'a atteinte, inondée, remplie d'émotions diverses et variées.
 
Un récit qui m'a portée du début à la fin aux côtés de personnages construits avec une réalité extraordinaire. Imparfaits et parfaits à la fois.
 
Des destins qui se croisent, s'abordent, se frôlent et une quête propre à chacun portée douloureusement.
 
Une part de suspense très bien menée jusqu'au dénouement en toute fin de roman qui clôture cette histoire qui pour ma part restera une lecture de toute beauté.
 
En conclusion, ce roman est un coup de cœur pour avoir réussi à faire battre le mien très fort à d'innombrables reprises durant la lecture de ces six cent septante deux pages.


CHRONIQUE - Dans son silence

Alex Michaelides
Thriller psychologique - Suspense
Éditions Calmann-Levy
Paru le 6 février 2019
372 pages
 
Alice, jeune peintre britannique en vogue, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe de mode. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte de sang devant son mari, assasiné, la presse s’enflamme. Aussitôt arrêtée, Alice ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique.

Six ans plus tard, le docteur Theo Faber, ambitieux psychothérapeute, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alice. Quand une place se libère dans la clinique où elle est internée, il réussit à s’y faire embaucher, et entame avec elle une série de face-à-face glaçants dans l’espoir de lui extirper un mot. Et alors qu’il commence à perdre espoir, Alice s’anime soudain. Mais sa réaction est tout sauf ce à quoi il s’attendait…


Cela fait déjà un petit bout de temps que je vous ai partagé mon avis en vidéo sur ma chaîne Youtube à propos de ce fabuleux thriller psychologique et voici enfin ma chronique écrite.

Dès sa sortie ce roman a fait un aller retour dans ma wishlist, aussitôt entré, aussitôt lu. J'ai du mal à vous transmettre mon ressenti tant je l'ai trouvé génialissime. Tous les ingrédients de ce qui peut faire un bon thriller psychologique sont ici réunis à mon sens sous une plume délicate et addictive.

Avec très peu de personnages et un environnement oppressant l'auteur réussi à maintenir un suspense incroyable, à vous balader de bout en bout  du livre pour terminer en vous mettant une immense claque avant de quitter la scène. Au revoir et bonne nuit. Boom.

C'est simple, c'est efficace, c'est délicieux. Cette lecture a clairement été un coup de cœur et marqué mon année littéraire 2019 au fer rouge.
 
En conclusion, une pépite dans le genre thriller psychologique/psychanalytique à ne surtout pas manquer.

BOOK HAUL juillet 2019 / Bibliothèque et occasions

Bonjour à tous,

J'espère que vous allez bien et que vous êtes tranquillou en vacances. Pour ma part, après dix jours d'absence je reprends du service avec une vidéo sur ma chaîne YouTube. J'espère vraiment qu'elle vous plaira.

Belle journée à tous.

CHRONIQUE - Le projet mars 1 / Au loin, une lueur

Andreas Eschbach
Science-Fiction
Éditions L'Atalante
Paru en janvier 2015
256 pages
 
Ils s'appellent Elinn, Carl, Ariana et Ronny, ils ont entre douze et quinze ans. On les a surnommés « les enfants de Mars », car sur Mars ils sont nés, sur Mars ils vivent, chez eux ils s'y sentent. Or en cette année 2086, l'an 36 depuis les premiers hommes sur la planète rouge, la menace pèse soudain que les autorités de la Terre abandonnent le projet Mars et la cité où vit la petite colonie autonome. Les « enfants de Mars » devront-ils quitter à jamais ce monde qu'ils aiment comme le leur ? Ce n'est pas l'opinion d'Elinn, elle qui continue de croire à l'existence des Martiens contre toute évidence. Certainement elle se joue son cinéma. À moins que...
 
 
Extrait
 
Imaginez. Vous naissez sur Mars. Vous y faites vos premiers pas. Vous y prononcez vos premiers mots.
 
Vous y commettez vos premières bêtises, vous y grandissez avec trois autres enfants de votre âge, vous avez une planète entière comme terrain de jeux et , un beau jour, quelqu'un se trouvant à plusieurs centaines de millions de kilomètres décide que vous devez partir.
 
J'avais repéré ce titre lors du visionnage de l'une des vidéos de ma copinaute Audrey de la chaîne "Audrey BookWorld". Les mois se sont écoulés mais j'ai gardé ce titre dans un petit coin de ma tête jusqu'à découvrir qu'il était disponible dans l'une des bibliothèques de ma région. Et c'est ainsi que j'ai plongé dans l'aventure de "Projet mars" avec ce premier tome.
 
Je vais commencer par vous parler de la plume de l'auteur qui a été traduite de l'allemand. J'ai trouvé un petit manque de fluidité à peine perceptible et un vocabulaire riche, voir un peu trop par moment étant donné que le roman est destiné à un lectorat Young adulte, c'est à dire d'après mes sources 15 - 25 ans. Alors oui, à 25 ans pas de soucis pour la compréhension du texte, mais à 15 ans c'est un peu moins sûr. J'ai également relevé pas mal de thermes techniques qui pourraient en lasser quelques uns d'entre vous mais rien d'insurmontable croyez-moi.
 
Après ce petit paragraphe un peu négatif je passe à l'autre revers de la médaille où je tiens à saluer les personnages très biens construits et attachants qui accompagnent cette histoire originale et addictive. Si vous arrivez à passer outre les petits points négatifs vous aurez droit à des heures de lectures passionnantes au cœur d'une histoire très originale. Ce premier tome met en place l'histoire sans trop de longueurs, parsemant des rebondissements bien dosés afin de vous accrocher jusqu'à la fin du livre, qui se termine évidement sur un retournement de situation plus qu'alléchant.
 
En conclusion, un très bon premier tome qui ouvre la route sur une suite qui promet d'être très intéressante et que je pense ne tardera pas à passer entre mes mains.
 



 




CHRONIQUE - Coeur de hérisson (série complète)

Nao Hinachi
Manga-Shojo
Romance - Tranche de vie
VF: 5 tomes (terminé)
VO: 5 tomes (terminé)
Conseillé 10 ans
 
Hozuki est le mauvais garçon du lycée, connu pour être bagarreur et insociable… Seule Kii, une fille de sa classe, le voyant comme un hérisson sur la défensive, se prend d’affection pour lui et lui adresse la parole. Une amitié naît entre eux, évoluant rapidement en amour du côté de la jeune fille. Or, face à Hozuki qui n’arrive pas à faire la différence entre ces deux sentiments, leur relation s’annonce compliquée…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une série clôturée en cinq tomes ce qui est parfait à mon sens. Je vous donne ici un avis global sur ce shojo aux dessins super mignons et aux couvertures très attirantes par cette colorisation douce et tendre.
 
Cinq tomes pour suivre l'histoire de Hozuki et Kii des personnages si attachants que l'on peine à se lancer dans le dernier tome craignant de devoir tourner les dernières pages et de devoir dire adieu à ces deux la.
 
Le petit suspense quand à l'évolution de leur relation ainsi que l'intégration de Hozuki est bien présent et maîtrisé tout en laissant place à des scènes touchantes et attendrissantes.
 
En conclusion, une petite série à la hauteur de mes attentes qui m'a procurée d'excellents moments de lecture et de détente.
 
 

CHRONIQUE - Sur le toit de l'enfer

Ilaria Tuti
Thriller - Policier - Suspense
Éditions Robert Laffont
Collection: La bête noire
Paru le 6 septembre 2018
416 pages
 
" Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... "
Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut...
 

Extrait 1

Maintenant qu'elle pouvait apercevoir l'École de plus près, Magdalena comprenait la signification de cette rumeur: ce bâtiment était une anomalie, complètement incongru en pareil endroit. Le caprice d'une noblesse qui n'acceptait aucune limite.

Extrait 2

L'âme en proie à la confusion, elle referma la porte.

Les coups frappés à l'entrée se firent plus violents: ils cherchaient à abattre le panneau. Elle sentait que maintenant out était perdu, mais peut-être lui restai-il un peu d'espoir. Elle serra dans sa main le trousseau de clefs qu'elle avait en poche et se précipita en bas des marches. Elle allait tenter de rejoindre les sous-sols et, de la , le tunnel qui conduisait aux anciennes écuries. Elle avait conscience de l'abandonner à son destin, mais elle savait aussi qu'il ne s'agissait pas d'un enfant comme un autre.

Car le berceau sur lequel l'homme s'était penché en plongeant les mains n'était pas n'importe quel berceau. C'était le berceau N° 39.

Enfin mon avis sur ce thriller lu il y a déjà quelque temps.
 
L'autrice confirme avec ce roman que la littérature Italienne a toute sa place sur nos étagères dans le genre thriller. Ilaria tuti a su se démarquer avec une histoire très originale et touchante portée par des personnages très aboutis. En particulier le commissaire Teresa Battaglia qui restera inoubliable pour moi pour son côté humain et fragile. Il y a également Marisi qui la seconde dans cette enquête haletante et qui n'a cesse de vouloir l'impressionner, parsemant un peu de légèreté et d'humour dans cette histoire sombre, dramatique et révoltante.
 
Si vous pensez pouvoir une fois de plus montrer du doigt le coupable et l'assommer à coups de reproches et de haine, détrompez-vous... ce roman va vous retourner comme une crêpe et vous laisser pantois.
 
Le cadre des montagnes sauvages du Frioul est très bien dépeint et donne une belle dimension au récit. Bien traduit, ce roman se lit aisément sous la plume ciselée de l'autrice qui donne un rythme de lecture entraînant. Les pages se tournent toutes seules.
 
En conclusion, conquise je reste à l'affut du prochain roman de Ilaria Tuti.

BOOK HAUL juin 2019


REPOST CHRONIQUE - Je suis un des leurs

 
 

J'ai le grand plaisir aujourd'hui de vous reposter ma chronique de "Je suis un des leurs" à l'occasion de sa sortie aux éditions Nouvelles bibliothèques.
 
Voici la nouvelle tenue de ce roman qui avait su m'emmener dans une aventure familiale au cœur de Madrid sous la plume très professionnelle de
David Ruiz Martin.
 
 
 
 
 
David Ruiz Martin
Historique - Aventure
Editions TheBookEdition
Paru le 20 mars 2018
389 pages
 
Lorsque Raúl Pontes, journaliste désabusé et mal dans sa peau, apprend l'existence d'un grand-père passé pour mort depuis trente ans, son sang ne fait qu'un tour.

Qui est cet homme et pourquoi a-t-il disparu aussi longtemps ?


Persuadé que ce nouveau coup est l'œuvre de ses sœurs et de son irresponsable mère, un seul choix s'offre alors à lui : celui de pousser la porte de ce passé occulte.


Horacio, ce grand-père au comportement amer lui demande alors une faveur étrange : retrouver son amour perdu il y a plus de soixante-dix-ans, lors de la guerre civile espagnole.


C'est sceptique que, finalement, Raúl accepte, ignorant que c'est un pan entier de sa propre histoire qu'il s'apprête à déterrer.


Ses indices le mèneront jusque dans les rues bondées de la capitale espagnole, en plein cœur du Madrid historique et de sa ferveur perpétuelle...


...mais le pousseront, aussi, bien plus loin, aux limites de l'insoutenable, où se mêlent les œuvres d'amour et de mort d'une guerre civile injuste et fratricide.


Lancé sur les traces de cet amour impossible, Raúl ignore que cette plongée fulgurante dans ce pays rongé par le souvenir ébranlera ses convictions et les fondements mêmes de sa propre existence.


Extrait

Parfois, lorsqu'une personne extérieure à vos tourments vous enfonce la tête dans votre propre merde, cela vous aide à en ressentir les mauvaises odeurs.

Mon avis

C'est avec grand plaisir que j'ai voyagé à Madrid sous la plume étonnamment aboutie de David Ruiz Martin, j'avoue que je ne m'attendais pas à que ce soit si bon et dès les premières pages j'ai apprécié le style de l'auteur.

Une histoire familiale, des secrets, du suspens et de l'historique car nous passons du présent au passé remontant le temps jusqu'à l'époque de la terrible guerre civile espagnole et ceci grâce à un journal intime mais je ne vous en dit pas plus.

Une très très belle évolution du personnage principal et c'est l'une des choses que j'ai le plus apprécié dans ce roman ainsi que d'en apprendre un peu plus sur cette période historique de mon pays d'origine. Il sera intéressant pour le lecteur d'y découvrir également tout le côté traditionnel espagnol tels que les habitudes de la population, la danse Flamenco, les tapas etc...

J'ai également apprécié d'y reconnaître des lieux, des rues que j'ai foulé ou entendu nommer par ma mère qui est Madrilène.

En conclusion, un roman très complet, bien écrit, cohérent. Je vous recommande chaudement ce voyage livresque riche et touchant.

CHRONIQUE - Space Battle Lunchtime 1

Natalie Riess
Comics - Jeunesse
Éditions Kinaye
Paru le 15 février 2019
120 pages
 
Space Battle Lunchtime est un show culinaire ultra populaire diffusé jusqu’aux confins de l’univers et sa nouvelle saison est sur le point de commencer ! Quand l’un des chefs sélectionnés jette l’éponge à la dernière minute, une apprentie pâtissière terrienne, Peony, se voit offrir la chance de le remplacer et de concourir pour la notoriété, la gloire et un prix de 20 000 Solarbucks. Elle doit simplement impressionner les juges aliens et battre les cinq autres chefs sélectionnés (aussi des aliens !) : la mystérieuse Neptunia, le sournois Melonhead, l’intimidant Jacques, la féroce Owline, et le robuste Meatabax.

Coincée entre des concurrents déloyaux et des ingrédients inconnus, Peony va devoir tout donner. Est-elle prête à surmonter le monde impitoyable de la cuisine intergalactique, ou s’est-elle surestimée ?
 
J'ai eu la chance de me voir proposer ce comics en service presse depuis la plateforme "Babelio". Le graphisme plein de peps de la couverture ainsi que l'originalité du quatrième de couverture n'ont laissé place à aucune hésitation. Je suis donc partie à la conquête de l'espace avec Peony, notre héroïne culinaire.
 
Ambiance science-fiction pour ce show culinaire haut en couleur où tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Notre héroïne qui se retrouve par hasard propulsée dans ce concours afin de remplacer un candidat qui a renoncé au dernier moment, va devoir faire preuve de perspicacité pour être à la hauteur car même les ingrédients mis à disposition ont été savamment inventé par cette autrice à l'imagination débordante.
 
Tome 2
Des candidats étranges et bien construits tout comme le reste des éléments de cette BD, ingrédients culinaires et appareils de cuisson divers et variés sont étrangers à Poeny, notre cuisto terrienne. Elle va devoir mettre les bouchées doubles afin de mener à bien sa mission tout en esquivant les coups bas et la déloyauté.
 
J'ai adoré l'originalité du scénario, les dessins, les couleurs, les personnages. Cette BD est pétillante et offre une fin badaboum bam boum avec un retournement de situation qui pousse indéniablement à souhaiter tourner les premières pages du deuxième tome dont la sortie est prévue en juin 2019.
 

En conclusion, très bon moment de lecture pétillant et haut en couleur.

CHRONIQUE - Le douzième chapitre

Jérôme Loubry
Thriller - Policier - Suspense
Éditions Calmann Lévy
Paru le 19 septembre 2018
360 pages
 

Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables.

Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.

30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les évènements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.
 
Extrait
 
Ce lundi, donc, alors que je me servais un deuxième café (juste avant le traditionnel passage de la vieille dame), le téléphone de la maison a retenti. À cet instant, cette simple sonnerie ne représenta qu'un détail mineur, et eut pour effet non pas de m'inquiéter (comment aurais-je pu savoir?), mais de me rappeler l'importance de brancher le répondeur dès le lever.
Un titre et un quatrième de couverture plus qu'intrigants ont été à l'origine de l'intérêt que j'ai porté à ce roman de Jérôme Loubry.
 
Le schéma narratif entre présent et passé a été très bien maîtrisé par l'auteur et le suspens porté par des personnages bien construits m'ont fait passer un excellent moment de lecture.
 
Le douzième chapitre intrigue et vous pousse à tourner les pages avec avidité jusqu'au dénouement qui est surprenant. Il fait partie de ces romans que l'on n'oublie pas, qui marquent vos heures de lecture par son originalité.
 
En conclusion, secrets, manuscrit énigmatique, retour dans le passé... , des éléments qui match avec moi et encore plus lorsque l'auteur maîtrise sa petite cuisine sous une plume très agréable et claire. J'espère bientôt lire "les chiens de détroit" du même auteur.
 

Une plongée suffocante dans les entrailles pourrissantes de Détroit, devenue cimetière de buildings Novembre 1998. Le corps du petit Peter est découvert dans un buisson de Palmer Park. Il a été enlevé, étranglé puis déposé là par un homme dont la taille, d’après les rares indices récoltés, dépasse de loin celle du commun des mortels. L’enquête est confiée à l’inspecteur Stan Mitchell, alias « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé à Détroit, cette cité géante autrefois gloire de l’industrie automobile devenue capitale du crime et qui, chaque jour, sombre un peu plus dans la décrépitude. Bientôt, les enlèvements se multiplient et la presse commence à parler du « Géant de brume », croquemitaine terrifiant dévoreur d’enfants décrit par un témoin anonyme. Et tandis que la police patine, que Détroit se vide de ses habitants, Mitchell s’enfonce toujours un peu plus dans l’alcool et la solitude… L’affaire lui est retirée puis, avec le temps, à l’image des maisons de Détroit, abandonnée et oubliée. Quinze ans plus tard, les disparitions recommencent. Mitchell qui a réussi à arrêter la spirale de sa déchéance est à nouveau sur le coup, épaulé par une jeune inspectrice récemment arrivée en ville, Sarah Berkhamp. Grâce à eux, le tueur, un géant placide nommé Simon Duggan, est enfin arrêté. Deux enfants n’ont toujours pas été retrouvés et sont peut-être encore en vie. Mais Duggan refuse de coopérer. Il ne veut parler qu’à Sarah. Pour sauver les enfants, la jeune femme va devoir écouter les fantômes du passé…

LA MACHINE À REMONTER LE TEMPS Mars 2018